L’eurodéputé Sandro Gozi : « L’UE n’a aucune autre alternative que de se réinventer pour retrouver sa place »

© NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Voici sa tribune : « 2022 restera à jamais gravé dans l’histoire du monde. Le 24 février, marqué par l’invasion de l’Ukraine par la Russie , a signé une nouvelle rupture historique dans notre continent. Ce face-à-face entre occidentalisme et slavophilisme, assumé depuis le XVIIIe siècle, s’est transformé ce jour-là, sous nos yeux effarés, en un dos à dos entre un régime autoritaire et nos démocraties.

Depuis dix mois, tous les jours, je pense aux Ukrainiens qui se battent pour défendre nos valeurs de liberté et de démocratie face à l’innommable. À mes yeux, ce peuple est invincible… Invictus, avait écrit William Ernest Henley dont les mots appris par cœur à l’adolescence me reviennent aujourd’hui teintés de force et d’émotion :

« Aussi étroit soit le chemin,

Nombreux les châtiments infâmes,

Je suis le maître de mon destin,

Je suis le capitaine de mon âme. »

Invictus… Ce devrait être pour nous aussi, Européens libres, notre mantra pour l’an neuf.

Inévitablement le cycle de la mondialisation va ralentir. Face aux défis, aux chocs énergétiques et à l’inflation galopante, notre chemin sera étroit… Nous devrons plus que jamais être aussi des invictus, maîtres de notre destin. Nous reprendre en main pour protéger nos institutions. L’affaire du Qatargate qui a frappé le Parlement européen en est la preuve : nous pouvons aussi être attaqués de l’intérieur.

Cette affaire nous rappelle plus que jamais la fragilité de l’Europe, et la nécessité de disposer d’instruments efficaces pour la co...


Lire la suite sur LeJDD