L’ESO dévoile une image iconique de la nébuleuse du Cône et de son « pilier de la création » pour ses 60 ans

Ils n’étaient que cinq à l’origine. En octobre 1962. Il y a 60 ans. Cinq États à s’engager dans le développement et l’exploitation d’observatoires du côté du Chili sous la bannière de l’European Southern Observatory (ESO). Ils sont aujourd’hui seize. Des États membres et des partenaires stratégiques. Et ils ont choisi de fêter cet anniversaire de la plus belle des façons. En dévoilant une merveilleuse image de la nébuleuse du Cône.

Rappelons que la nébuleuse du Cône a été découverte à la fin du XVIIIe siècle. Par l’astronome germano-britannique William Herschel. Elle se situe dans l’amas ouvert NGC 2264. Du côté de la constellation de la Licorne. À moins de 2 500 années-lumière de la Terre. Relativement près de nous, donc. Ce qui explique que l’objet ait été largement étudié. Mais aucune image, jusqu’alors, n’avait aussi bien montré le côté nuageux et sombre de la nébuleuse qui lui donne presque des allures… de fantôme.

Sur cette photo de la nébuleuse du Cône, l’hydrogène gazeux est représenté en bleu et le soufre gazeux en rouge. De quoi faire apparaître les étoiles nouvellement nées dans une couleur presque dorée qui contraste joliment avec le sombre du pilier de la nébuleuse. Et qui fait presque ressembler le tout à… une bougie d’anniversaire ! © ESO
Sur cette photo de la nébuleuse du Cône, l’hydrogène gazeux est représenté en bleu et le soufre gazeux en rouge. De quoi faire apparaître les étoiles nouvellement nées dans une couleur presque dorée qui contraste joliment avec le sombre du pilier de la nébuleuse. Et qui fait presque ressembler le tout à… une bougie d’anniversaire ! © ESO

Des images belles et utiles

Cette nébuleuse en forme de cône de 7 années-lumière de long fait office d’exemple parfait des structures qui peuvent apparaître dans les nuages ​​géants de gaz et de poussière moléculaires froids. Ceux dans lesquels il se crée de nouvelles étoiles. Ce type de cône, de pilier, apparaît lorsque des étoiles bleues nouvellement formées, brillantes et massives, émettent des vents stellaires et un rayonnement ultraviolet intense qui emportent le matériau loin de leur voisinage. Au fur et à mesure que ce matériau est repoussé, le gaz et la poussière plus éloignés des jeunes étoiles sont compressés en formes denses, sombres et hautes.

ESO : cinquante ans de découvertes astronomiques majeures

Une...

> Lire la suite sur Futura