L’Erythréen Natabay Tinsiew est-il vraiment mort à 127 ans, ce qui en ferait l'homme le plus vieux du monde ?

·2 min de lecture

REVUE DE PRESSE AFRIQUE. Au sommaire : une enquête qui s'annonce ardue pour le Guinness World Records afin de déterminer si Natabay Tinsiew est bien mort à 127 ans ; l'exode des jeunes médecins africains ; l'impact environnemental de la fast-fashion mondiale au Ghana.

Quel âge Natabay Tinsiew avait-il réellement ? Le "plus-que-centenaire" s’est éteint paisiblement à la fin du mois de septembre 2021 dans son village d’Azefa, en Erythrée, au nord de la corne de l’Afrique. La nouvelle a été annoncée quelques jours après par la . Sa famille revendique pour lui le titre de l’homme le plus âgé du monde auprès du Guinness World Records qui, selon les commentaires en français du site , aurait été contacté par le petit-fils du centenaire, Zere Natabay. Celui-ci aurait présenté des documents officiels datant sa naissance en 1894, il y a donc 127 ans auparavant !

En 2014, tout le village s’était réuni pour fêter les 120 ans de son doyen, témoigne le petit-fil de cet éleveur plutôt prospère. L'épouse de Natabay Tinsiew est décédée à l’âge de 99 ans en 2019. Mais, est-il ajouté dans l’article, la famille de celui-ci est persuadée qu’il était beaucoup plus âgé que ce que montrent ses papiers officiels. Le petit-fils a expliqué à la BBC que le baptême et l’enregistrement de la naissance ont probablement été effectués le même jour par un prêtre itinérant. Nabatay Tinsiew avait déjà 10 ans - les membres de sa famille en sont convaincus - quand un document officiel a été établi pour attester son existence au monde, dans cette région isolée d’Erythrée. 1894 ne serait donc que la date de son baptême tardif. C’est une mission ardue pour le Guinness World Records qui ne disposera que de ces documents, et du des proches de défunt.

L’exode des médecins africains, une hémorragie qui n’en finit pas

Le manque criant de médecins spécialistes dans les hôpitaux de pays africains durant les vagues épidémiques de la crise sanitaire du Covid rappelle que le continent perd une grande proportion de ses élites médicales. Celles-ci partent à l’étranger pour se former et reviennent rarement. Et les chiffres énumérés par Priorité santé, l’émission de la radio sont ahurissants : 80 % des jeunes Tunisiens en 2020, 30% médecins libanais de 30-35 ans, la moitié des pr[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles