L’enseignement de l'arabe dès le CP fait polémique

AFP

La ministre de l'Education nationale est revenue, ce mardi au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur la polémique au sujet de l'introduction de nouvelles langues étrangères à l'école, et particulièrement l'arabe.

“L'enseignement de l'arabe se fera dès le CP, dès qu'on aura les moyens pour le faire”. Au micro de BFM TV, Najat Vallaud-Belkacem a ravivé une polémique crispante depuis une semaine, en expliquant vouloir instaurer “une diversité de l'offre des langues vivantes étrangères” dès les petites classes, et notamment l'apprentissage de l'arabe.

L'arabe au même titre que le serbe

“On est mauvais en terme de maîtrise de langues étrangères”, a martelé la ministre de l'Education qui veut plus de “précocité” et de “diversité” dans l'apprentissage des langues. Elle a ainsi annoncé dès février la suppression à la rentrée 2016 des enseignements de langue et de culture d'origine (Elco), assurés par des maîtres étrangers, un dispositif ancien et très critiqué. Ils seront progressivement transformés en sections internationales à l'école primaire, comme il en existe déjà une petite centaine sur le territoire.

Un “catéchisme islamique” pour Annie Genevard

Mais la polémique s'est focalisée récemment sur la langue arabe, qui pourra être choisie comme langue vivante 1 dès le CP au même titre que l'anglais, le portugais, l'italien, l'espagnol, l'allemand, le turc ou le serbe. La députée LR Annie Genevard a ainsi regretté à l'Assemblée nationale “l'introduction de langues communautaires” dans les programmes scolaire et estimé que l'enseignement de l'arabe pourrait miner la “cohésion nationale”. Elle est même allée jusqu'à évoquer un “catéchisme islamique”.

Un choix fait par les parents

Najat Vallaud-Belkacem a qualifié cette polémique “d'absurde” ce mardi matin. La ministre a ainsi expliqué que la langue arabe pourra être enseignée dès la classe de CP si des moyens sont mis en place et surtout si les parents en font le choix.
Si les professeurs ne sont pas en mesure de le faire, “nous ferons appel à des professeurs étrangers comme pour d'autres langues”, a-t-elle ajouté, en citant l'exemple de l'allemand. Mais elle a assuré qu'ils seraient mieux formés et encadrés que dans le précédent dispositif Elco.

L'arabe est la langue officielle de 26 Etats, en Afrique et dans la péninsule arabique, soit 430 millions d'habitants. La ministre considère donc qu'il ne s'agit pas d'une “langue rare”. Sur Twitter, les réactions d'élus politiques notamment du FN ont été nombreuses.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles