L’ennemi est le résultat de l’ignorance

Libération.fr

Ex-militant des droits de l’homme en Colombie, j’ai dû m’adapter à la tranquillité en France. Et puis j’ai découvert la réalité de l’état d’urgence.

Je suis né dans un pays, la Colombie, où la paix est un état d’exception. Et comme pour toutes les personnes qui grandissent dans un tel contexte, la violence fait partie de la vie quotidienne. L’art de franchir et de contourner les frontières invisibles de chaque quartier, contrôlées par les gangs, est une compétence essentielle pour tous les élèves faisant route vers l’école. Les combats entre la police et les cartels de la drogue n’étaient pas une excuse pour que le match de football de 19 heures ne se déroule comme prévu sur le terrain du quartier une fois la levée des corps terminée. A 18 ans, on lâche les crayons, et on prend les armes. Arrive le moment de lutter, au nom du peuple, pour la liberté, la sûreté et la prospérité de la nation. Peu importe qu’on fasse la guerre du côté de l’armée des guérillas révolutionnaires ou des groupes paramilitaires d’extrême droite ; on a été tous marqués par la même histoire. Plus tard, à l’université, on commence à se poser des questions concernant les motivations profondes et les origines de cette hostilité irrationnelle, et on remet en cause les moyens par lesquels on a combattu l’ennemi. C’est là que tout se complique. Se poser ce genre de questions dans un pays en éternel état d’urgence est très risqué, dangereux.

Lors de mon exil en France, je me suis rendu compte que le conflit armé en Colombie n’était pas quelque chose de normal. Auparavant, je n’en avais aucune conscience. J’ai dû m’adapter à la tranquillité, oublier check-points, militaires dans la rue, guérillas et paramilitaires, écoutes téléphoniques, tueurs à gages, etc.

Cela n’a pas duré longtemps. L’incompréhensible violence frappe cette fois-ci mon pays d’accueil, et cette situation m’était trop familière pour que je n’identifie pas les similitudes avec la violence du pays que j’avais fui. Dans un contexte de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Les textes sacrés soumis aux «like»
Anne Sinclair, ou la présidentielle vue du ciel
Rassembler la gauche, c’est possible
Sauvons Asli Erdoğan et les démocrates emprisonnés en Turquie !
Emmanuel Macron, le nouveau «ni-ni»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages