L’enfer de la guerre vu par les yeux de Lama Abu Jamous, porte-voix des enfants de Gaza

La jeune gazaouie Lama Abu Jamous, 9 ans, partage son quotidien et celui des Palestiniens piégés sous les bombes israéliennes avec ses 884 000 abonnés sur Instagram. Se décrivant comme journaliste, elle met en ligne des vidéos pour témoigner, à hauteur d’enfant, de l’enfer de la guerre dans le territoire palestinien.

Lama Abu Jamous, 9 ans, est assurément la plus jeune apprentie journaliste de la bande de Gaza. Ses vidéos postées sur les réseaux sociaux, dans lesquelles elle relate avec une certaine assurance et face caméra son quotidien et celui des habitants de Gaza, leurs angoisses et leurs espoirs, sont visionnées plusieurs centaines de milliers de fois sur ses comptes Instagram et TikTok.

Micro à la main, gilet pare-balles siglé "presse" et casque bleu vissé sur la tête, Lama Abu Jamous, aidée par son oncle, lui-même journaliste, est devenue la porte-voix des enfants de Gaza.

"Si seulement le monde pouvait faire quelque chose pour arrêter cette guerre", dit la fillette dans l’une de ses vidéos, tournées à hauteur d’enfant avec son téléphone depuis la ville de Rafah, dans le sud du territoire palestinien, où s'entassent 1,5 million de Gazaouis. Comme sa famille, la majorité d'entre eux sont des déplacés ayant fui l’offensive terrestre et les bombardements israéliens.

La vocation de journaliste de Lama Abu Jamous prend forme le 9 décembre, date de sa première vidéo sur le conflit, postée depuis Khan Younès, où sa famille, qui habitait la ville de Gaza, a été déplacée dans un premier temps.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Gaza : le Conseil de sécurité de l'ONU adopte sa première résolution pour un "cessez-le-feu immédiat"
Pour la directrice générale de l'Unicef, "que des enfants meurent de faim à Gaza est inacceptable"