« L’Emprise » : Le nouvel album de Mylène Farmer est son « plus intime » et l’un de ses meilleurs

Hashtag NP - 20 Minutes

MUSIQUE - La star fait son retour ce vendredi avec un album né d’une collaboration avec Woodkid, Moby, AaRON et Archive. Une réussite

La pochette de L’Emprise ne doit pas induire l’auditeur en erreur. Si elle fait apparaître une « autre » Mylène, mi-alien, mi-créature, flottant (ou prostrée) en position fœtale sur un fond noir qui l’isole, l’album, sorti ce vendredi, est du pur Farmer. « Cela fait au moins dix ans qu’un de ses disques ne l’avait pas été à ce point, souligne Sylvain Paturel-Voyer, créateur du podcast Mylène Farmer, Histoires de… consacré à l’artiste. Il y a des ballades incroyables [Invisibles, Que je devienne…] comme elle savait les faire avant, des textes poétiques, plus bruts. On est dans son univers. Elle réussit à nous garder chez elle tout en voulant nous emmener ailleurs. »

« A la première écoute, je n’ai pas trouvé qu’un titre se démarquait plus qu’un autre. Comme il a du fond, du relief, des textures, de la surface, il faut l’écouter plusieurs fois, préconise Ludovic Huvier, réalisateur du podcast. J’ai été frappé par la beauté du son, il y a beaucoup de cordes, une prédominance de morceaux avec orchestration symphonique. C’est un album très réussi. »

Il poursuit : « Vu son titre, il y a forcément quelque chose de violent dedans, mais il n’est pas difficile d’accès. C’est la Mylène Farmer qu’on connaît, avec ses démons et ses lumières. Je pense que quiconque aime (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Pure » : Gjon’s Tears est prêt à prendre son envol après l’Eurovision
Suzane : « Les chansons ne changent pas le monde, mais les gens qui les écoutent, oui, peut-être »
« Désenchantée » a 30 ans : Le tube de Mylène Farmer continue de parler à (et de) la génération 2021