L’empreinte digitale de Michel-Ange découverte sur une statue vieille de 500 ans ?

·1 min de lecture
Un portrait de Michel-Ange, peint par l'artiste Floris.
Un portrait de Michel-Ange, peint par l'artiste Floris.

Des experts du Victoria & Albert Museum (V & A) de Londres viennent de faire une découverte aussi inattendue qu?émouvante. En examinant avec minutie une petite statue de cire attribuée à Michel-Ange, ces spécialistes ont en effet déniché ce qu?ils croient être une empreinte digitale du célèbre peintre et sculpteur de la Renaissance, comme le rapportent nos confrères de CNN, vendredi 16 juillet 2021. Le pouce de l?Italien se serait enfoncé dans la matière alors qu?il façonnait l?esquisse d?une grande sculpture en marbre jamais achevée. Celle-ci devait orner la tombe du pape Jules II à Rome.

Cette figurine au teint rouge foncé, intitulée Un esclave, est vieille de 500 ans. Elle représente une jeune personne dénudée, le bras jeté sur son visage. « C?est une perspective excitante que l?une des empreintes de Michel-Ange ait pu survivre dans la cire », s?est réjouie l?une des conservatrices en chef du musée britannique, Peta Motture, pour qui cette découverte permet de tisser un « lien direct avec l?artiste ».

Une statuette du XVIe siècle

Dans une biographie de l?artiste parue au XVIe siècle, intitulée La Vie de Michel-Ange, le peintre Giorgio Vasari expliquait comment le maître de la Renaissance s?exerçait sur des modèles de cire avant de s?attaquer à la création de statues monumentales. L?Italien plongeait ses modèles dans l?eau, avant de les ressortir avec précaution. Il reproduisait alors chaque détail de la figurine en cire sur ses ?uvres de marbre grandeu [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles