«L’EI utilise nos amis comme boucliers humains»

Libération.fr

La partie ancienne de la ville, encerclée par les forces irakiennes, reste aux mains des jihadistes. Environ 400 000 civils y sont piégés. Les ONG s’alarment : aux bombardements de la coalition s’ajoute l’utilisation de roquettes artisanales peu précises.

Le SMS date de mardi: «Appelle l’armée irakienne et demande-lui d’être plus précise. On a des morts.» C’est Mahmoud, un ancien pilote de chasse qui habite dans le sud de Mossoul, qui a reçu le message. Il a été envoyé par un ami qui vit dans la vieille ville. «Il est avec sa famille sous les bombardements. Ils n’ont presque plus rien à manger. Ils n’ont même plus d’eau», explique-t-il dans sa maison cossue de Tayaran, un quartier repris au groupe Etat islamique (EI) il y a un mois.

Il reste environ 400 000 civils dans la vieille ville de Mossoul, selon l’ONU. Le quartier aux ruelles si étroites qu’une voiture ne passe pas est quasiment encerclé par les forces irakiennes. Depuis près de deux semaines, elles tentent d’y pénétrer. Sans succès. Les offensives, à l’arrêt depuis mercredi, se sont heurtées à la défense acharnée des jihadistes. Les deux camps le savent, la vieille ville est plus qu’un quartier : c’est un symbole, le cœur du «califat» de l’EI. C’est là que se trouve la mosquée au minaret penché d’Al-Nouri, où son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, avait fait sa seule apparition publique, le 4 juillet 2014.

Roquettes erratiques

La vieille ville tombera. Les forces irakiennes sont plus nombreuses, mieux équipées et soutenues par la coalition internationale. Mais ses habitants sont piégés. «Daech les empêche de sortir. Nos amis n’osent même plus nous appeler, ils n’envoient que des SMS. Les jihadistes les utilisent comme boucliers humains. Ils rassemblent des familles au rez-de-chaussée ou dans les caves des maisons et se placent sur le toit pour tirer. Elles risquent de mourir à chaque fois que l’armée irakienne ou la coalition internationale riposte et bombarde», raconte Mohammed, un ancien fonctionnaire qui vit à (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le traité de Rome célébré par une Europe qui rame
Réforme de la santé: Donald Trump se prépare à un échec
L’Ukraine, une fabrique à champions de la natation paralympique
Deux astronautes, dont un Français, ont marché dans l’espace
Pape: l’UE «risque de mourir» sans idéaux comme «la solidarité»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages