L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique fait polémique et remet en cause l’intérêt des antidépresseurs pour soigner les patients atteints de dépression. (image d'illustration)  - Credit:AUGROS PIERRE  / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PROGRES
Une étude scientifique fait polémique et remet en cause l’intérêt des antidépresseurs pour soigner les patients atteints de dépression. (image d'illustration) - Credit:AUGROS PIERRE / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PROGRES

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

« Notre étude […] remet en question l'idée de base derrière l'utilisation d'antidépresseurs », affirmaient fin juillet les psychiatres Joanna Moncrieff et Mark Horowitz sur le site The Conversation, relayant un travail publié dans la revue Molecular Psychiatry. Cette étude s'attaque à l'hypothèse de la sérotonine. Celle-ci voudrait que la dépression soit liée à un déficit de cette molécule impliquée dans la transmission des émotions dans le cerveau.

Le travail, basé sur une compilation de publications préalables, et donc a priori plus solide qu'une étude isolée, conclut qu'aucun lien n'est avéré entre un déficit de sérotonine et la présence d'une dépression chez un individu. Pour ses auteurs, c'est une profonde remise en cause d'une hypothèse qui a servi pendant des décennies de cadre à de nombreuses recherches. La majorité des antidépresseurs actuels ont en effet été développés pour agir sur le taux de sérotonine.

À LIRE AUSSIGlissements progressifs vers l'isolement

Mais de nombreuses critiques ont vite ciblé cette étude et, plus encore, la présentation qu'en a faite Joanna Moncrieff, une psychiatre conn [...] Lire la suite