L’eau du robinet formerait une sorte de bouclier capable de nous protéger des microplastiques

·2 min de lecture

Des microplastiques, il y en a aujourd’hui pratiquement partout dans notre environnement. Dans les airs, dans les sols et dans notre alimentation. Et bien sûr aussi dans les eaux. Y compris dans celles que nous buvons. Or ils peuvent contenir des traces de contaminants comme des métaux ou certains produits potentiellement nocifs. En décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se voulait rassurante à ce sujet. Les niveaux actuels de microplastiques dans l’eau potable ne constituent pas un danger pour notre santé, affirmaient ses experts. Un an plus tard, des chercheurs notaient tout de même qu’après un séjour dans l’eau, ces microparticules de plastique pouvaient pénétrer plus facilement dans le corps.

Aujourd’hui, des chercheurs du Trinity College Dublin (Royaume-Uni) avancent que l’eau du robinet contient des oligo-éléments et des minéraux capables de former une sorte de bouclier naturel. Un bouclier qui empêche les plastiques de se dégrader en microplastiques.

Une nouvelle solution inspirée de la nature

C’est le fait que l’eau qui coule de nos robinets n’est pas à 100 % pure qui bloque la décomposition des plastiques. Grâce, par exemple, aux minéraux contenus dans l’eau qui enrobent ceux-ci. Ainsi, les décolorations marron qui apparaissent au fond des bouilloires pourraient constituer une bonne nouvelle. Les chercheurs l’associent en effet à de l’oxyde de cuivre qui se forme à partir des minéraux de cuivre dans l’eau du robinet. Un oxyde de cuivre qui protège la bouilloire.

Les scientifiques comptent désormais fabriquer ce type de revêtement directement en laboratoire et en recouvrir les plastiques pour les protéger de la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles