L’avocat de la famille de Gaye Camara, tué lors d’une intervention policière, souhaite que l’hypothèse de l’homicide volontaire soit privilégiée

David Di Giacomo, Julien Pasqualini
·1 min de lecture

L’avocat de la famille de Gaye Camara, un jeune homme de 26 ans tué en janvier 2018 à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) lors d’une intervention policière, estime que l’hypothèse d’un homicide volontaire doit être privilégiée, se fondant sur une expertise "indépendante", indique Me Yassine Bouzrou dans un communiqué transmis à franceinfo mardi 19 janvier.

En août 2019, un juge d'instruction avait rendu une ordonnance de non-lieu, considérant que le policier mis en cause était en état de légitime défense. La famille, qui conteste cette version, a fait appel de cette décision. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, qui a examiné en décembre ce recours, rendra son délibéré jeudi 21 janvier. Maître Bouzrou indique qu’il a communiqué cette expertise "indépendante" à la cour d’appel de Paris.

"L’hypothèse d’un homicide volontaire doit être désormais privilégiée", selon l'avocat

Selon Me Bouzrou, les conclusions de l’expertise sont "limpides" : "La version des faits retenue par le juge d’instruction pour ordonner un non-lieu ne peut qu’être écartée." L’agence indépendante qui a fait cette expertise a modélisé "en 3D la position des protagonistes et la trajectoire des tirs", précise l’avocat. "Cette (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi