L’avocat de deux victimes d’Alexandre Benalla cambriolé

·2 min de lecture
Le voleur voulait revendre les ordinateurs sur le marché noir.

Un quinquagénaire connu pour 51 délits est reparti du cabinet parisien avec 3 ordinateurs sous le bras, avant d’être interpellé par la police.

Le cabinet de Me Sahand Saber, qui défend deux victimes dans le procès d'Alexandre Benalla qui doit se tenir le 13 septembre prochain pour « violence en réunion, immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique, port d'arme, usage public et sans droit d'un insigne, violation du secret professionnel et divulgation d'images de vidéoprotection » a été cambriolé vendredi 2 juillet.

Le monte-en-l'air a vu sa tâche un peu facilitée : le bureau de la robe noire se situe au rez-de-chaussée d'un immeuble cossu du 16e arrondissement. Joint par Le Point, l'avocat a confirmé les faits qui se sont déroulés en début d'après-midi, mais se veut rassurant : « Aucune donnée sensible ne s'est retrouvée dans la nature. »

Connu pour 51 délits à 52 ans

Muni de trois ordinateurs volés chez l'avocat, le cambrioleur a continué son périple. Entre-temps, les caméras privées de la cour de l'immeuble ont été visionnées : elles ont permis de donner un signalement précis du malfaiteur. Le temps de se rendre rue Richepin pour commettre un autre vol, il a pu être interpellé par les forces de l'ordre alors qu'il s'engouffrait dans le métro avec son butin.

L'homme est un quinquagénaire aguerri avec plus de 50 mentions au traitement des antécédents judiciaires, dont plus de la moitié pour des cambriolages. Lors de sa garde à vue, il a déclaré avoir agi pour « se faire de l'argent en revendant les ordis sur des marchés improvisés ».

Ces derniers mois, à Paris, plusieurs cabinets d'avoc [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles