L’avenir de l’Otan dépend de sa volonté de défendre l’Ukraine

Joe Biden a raison de considérer l’Otan comme étant “la plus grande alliance de l’histoire du monde”, clame The Economist : “L’Otan contribue au maintien de la paix en Europe depuis soixante-quinze ans, une réalisation étonnante après des siècles de guerre sur le continent.”

Pourtant, avertit le titre, “ce ne sera pas un anniversaire heureux. L’invasion de l’Ukraine par la Russie se poursuit. La Chine continue de soutenir l’industrie russe. L’Iran et la Corée du Nord fournissent des drones, des missiles balistiques et des obus d’artillerie à Vladimir Poutine.”

“Les gouvernements autocratiques de ces quatre pays se rapprochent de plus en plus, ce qui constitue un défi pour l’ordre mondial que l’Otan a tant contribué à soutenir.”

Mais selon l’hebdomadaire britannique, le plus grand souci de l’Alliance serait d’ordre interne et réside en la personne de Donald Trump, qui a “toutes les chances” de remporter les élections américaines de novembre.

The Economist rappelle que, lors du débat houleux télévisé du 27 juin avec Joe Biden, l’ex président a réitéré sa menace de ne pas défendre les alliés de l’Otan contre la Russie si leur contribution financière à l’organisation était insuffisante. Ce qui enfreint, analyse le journal, le fameux article 5, qui oblige chaque membre de l’Alliance à considérer un acte de violence contre un pays membre comme une attaque contre tous.

“Mettre en doute l’article 5 détruit la confiance entre les alliés de l’Amérique et encourage ses ennemis à tester la solidarité de l’Alliance”, s’inquiète le titre. “L’Amérique devrait rafraîchir ses alliances”, affirme The Economist, donnant comme exemple le cas de l’Ukraine, qui sera en sécurité seulement une fois au sein de l’Alliance.

“Admettre l’Ukraine dans l’Otan en temps de guerre comporte des risques, tout comme une longue guerre d’usure ou un effondrement de l’Ukraine, poursuit l’hebdomadaire. La meilleure façon de garantir que l’Otan soit toujours là pour célébrer son 80e anniversaire est que l’Ukraine gagne.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :