L’Australie rompt un contrat avec la Chine sur la Route de la Soie, "incompatible” avec sa politique étrangère

·1 min de lecture

Vents contraires, pour le projet de Nouvelle Route de la Soie de la Chine. L'Australie va révoquer l'accord passé par l'Etat de Victoria concernant le méga-projet de Pékin, le jugeant incompatible avec sa politique étrangère. La ministre des Affaires étrangères, Marise Payne, a fait usage de nouveaux pouvoirs pour annuler cet accord conclu en 2018 par le gouvernement de cet État avec Pékin, estimant qu'il est "incompatible avec la politique étrangère de l'Australie ou contraire à nos relations extérieures".

En 2020, Canberra a adopté de nouvelles lois considérées comme visant la Chine et permettant notamment d'annuler tout accord, considéré comme représentant une menace pour l'intérêt national, entre les représentants d'un Etat australien et des pays tiers. La ministre des Affaires étrangères Marise Payne a affirmé mercredi que le gouvernement fédéral passerait outre la décision du gouvernement de l'État de Victoria de prendre part au projet de route de la soie, qui vise à cimenter les liens commerciaux entre la Chine et ses principaux clients. Il est vu par ses détracteurs comme un moyen pour Pékin de peser sur le plan géopolitique et financier.

>> A lire aussi - Nouvelles routes de la soie : le piège chinois pourrait se refermer sur de nombreux pays !

Mme Payne a estimé que les deux documents signés en 2018 et 2019 -- un protocole d'accord et un accord-cadre -- font partie des quatre qu'elle annulera en vertu de ses nouveaux pouvoirs. "Je considère que ces quatre accords sont (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Turquie : Erdogan dénonce les "mensonges" et la "trahison" de l’opposition sur les réserves de la banque centrale
Le cri d'alarme d'élus drômois et ardéchois face aux pannes de téléphone
Plan de relance européen de l’économie : en Allemagne, la justice donne enfin son feu vert
Fin de la règle des 10km, réouverture des terrasses… allègement des restrictions en vue
L'action "culottée" de plusieurs boutiques de lingerie pour interpeller le Premier ministre