L’attaque était trop imprévisible pour la police

Libération.fr

Selon l’enquête que «Libération» a consultée, la préfecture n’avait pas imaginé un attentat au camion bélier. Hypothèse pourtant envisagée quelques jours plus tôt pour l’Euro de foot.

De la préfecture des Alpes-Maritimes à la mairie de Nice, la même réponse, en boucle. Lors des préparatifs du feu d’artifice, le risque d’un attentat avec un véhicule bélier n’a jamais été anticipé et n’a donc pas été pris en compte. C’est ce qui ressort de l’enquête préliminaire que Libération a consultée. En effet, tout avait été imaginé pour faire face à un terroriste armé d’un fusil ou équipé d’explosifs.

Evénement ouvert. «L’hypothèse que nous avions en tête, c’est celle d’un ou plusieurs individus armés ou porteurs d’un agent explosif ou toxique», indique aux enquêteurs le directeur du cabinet du préfet, François-Xavier Lauch. C’est lui, avec l’appui du préfet, qui validera le dispositif de sécurité retenu : «En préparant cet événement, personne n’avait à l’esprit la possibilité qu’un camion de 19 tonnes fonce dans la foule». «La menace identifiée était celle du "tueur de masse" armé ou en possession d’explosifs, confirme Marcel Authier, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). L’objectif était de détecter et éventuellement intervenir au moment de l’entrée de cet ou ces individu(s) dans l’espace festif.»

Lors d’une première réunion, le 28 juin à la préfecture des Alpes-Maritimes, la mairie présente les festivités prévues. La reconstitution des échanges par les enquêteurs est surtout basée sur les déclarations des participants. Aucun compte rendu n’a été rédigé, seules quelques notes sibyllines ont été versées à l’enquête.

Une seconde entrevue a lieu le 7 juillet. Les organisateurs et l’Etat s’accordent alors sur un modèle éprouvé au Festival de Cannes et validé lors d’une réunion à l’Intérieur. Un premier périmètre de «circulation» est tenu par la police municipale, puis un second dit de «sécurisation», est pris en charge par la police nationale, comme (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Attentat de Nice Une enquête en toute dépendance
Le PRG de Sylvia Pinel soutient Benoît Hamon
Patrimoine, déplacement à Las Vegas: pour Macron, sa «probité n’est pas en cause»
«Les arbres ne voteraient pas à droite !»
Les cadres s’enferment de plus en plus»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages