L’Assemblée revient sur le projet de revalorisation des pensions de retraite, à la demande du gouvernement

© BERTRAND GUAY/AFP

Dans le cadre de l’examen du projet de budget rectifié pour 2022, l’Assemblée nationale a voté, ce mardi 26 juillet, contre l’avis du gouvernement, une revalorisation supplémentaire de 500 millions d'euros pour les pensions de retraite. Cet amendement a été déposé par le groupe indépendant Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires, et a été acquis par 186 voix contre 181. La gauche a célébré une « belle victoire », et les députés du Rassemblement national (RN) l'ont qualifié d’une « bouffée d'oxygène » pour les retraités.

L’amendement d'alors prévoyait une revalorisation des pensions, en prenant en compte le niveau réel de l’inflation, soit pour 2022 à 5,5%, alors que le gouvernement avait proposé une revalorisation cumulée à 5,1%. Quasiment tous les députés des oppositions avaient voté pour. La majorité, sans surprise, avait fait bloc pour s’y opposer. Seul le groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée était partagé entre pour, contre et abstention. Mais à la fin de l'examen du texte, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, a demandé la mise en place d'un nouveau scrutin, arguant que la revalorisation était « financée en prélevant les sommes sur les pensions de retraites civiles et militaires de l'Etat ». L'exécutif s'est également défendu de « tout passage en force », rappelant que le règlement de l'Assemblée nationale autorise une seconde délibération à la demande du gouvernement.

« Il est venu le temps d'admettre les votes de cette Assemblée », a notamment commen...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles