L’armure mycénienne de Dendra, l’une des plus anciennes au monde, servait bien à combattre

Cette armure de bronze pèse une vingtaine de kilos, alors peut-on combattre tout en la portant ? Des soldats d’élite de l’armée hellène reproduisent les affrontements de l’Iliade pour le savoir.

Pour combattre, il ne faut pas seulement savoir attaquer, il faut aussi se protéger de manière efficace. L’une des plus anciennes armures jamais retrouvées en est le meilleur exemple, comme le démontre une étude passionnante publiée dans la revue PLoS ONE.

Costume cérémoniel ou armure de combat ?

Découverte à Dendra, dans le sud de la Grèce, en 1960, cette armure mycénienne date de 3500 ans, c’est-à-dire de la fin de l’âge du bronze. Constituée d’une vingtaine d’éléments pesant en tout une vingtaine de kilos, c’est la seule armure complète de cette période, mais une question restait en suspens : quelle était sa fonction réelle ? S’agissait-il d’un costume cérémoniel ou servait-elle vraiment au combat ?

Pour y répondre, un protocole rigoureux a été mis en place par une équipe sous la direction des chercheurs du département de Science de l’exercice de l’université de Thessalie (Grèce), de façon à vérifier s’il est possible de guerroyer tout en la portant : des soldats d’élite de l’armée hellène ont donc endossé une réplique de l’armure et reproduit les gestes et techniques évoqués dans le récit le plus approchant d’un affrontement de l’époque : l’Iliade d’Homère, qui évoque quelques jours de la "guerre de Troie".

C’est ce "retour aux sources" qui fait toute la force et l’intérêt de l’étude.

L’armure mycénienne de Dendra, l’une des plus anciennes jamais retrouvées, servait bien à combattre

Il existe bien des obstacles à la reproduction de faits passés, les auteurs en sont conscients.

Ici, le risque majeur serait de penser que l’Iliade décrive des faits réels. Les auteurs préviennent donc : leur étude ne prétend pas dater la guerre de Troie, ni la considérer comme "un événement historique". Quant au poème épique, "il n'est pas certain qu'il fournisse un compte rendu solide des tactiques de combat de la fin de la période mycénienne, car il s’agit d’un palimpseste de contenus créés à différentes périodes".

La source primaire a donc été étayée par des publications scientif[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi