Publicité

L’armée israélienne revoit à la baisse le bilan de l’attaque du Hamas du 7 octobre

Des équipes de secours israéliennes évacuant des blessés près de la ville de Sderot le 7 octobre 2023, après l’attaque à grande échelle menée par le Hamas.
MENAHEM KAHANA / AFP Des équipes de secours israéliennes évacuant des blessés près de la ville de Sderot le 7 octobre 2023, après l’attaque à grande échelle menée par le Hamas.

ISRAËL/HAMAS - C’est une communication importante faite par l’armée israélienne ce vendredi 10 novembre. Tsahal a en effet revu de 1 400 à 1 200 morts le bilan de l’attaque initiale du Hamas menée le 7 octobre sur son territoire.

Les autorités israéliennes ont « mis à jour » ce bilan car elles estiment désormais que « beaucoup de corps qui n’avaient pas été identifiés » sont ceux de personnes ayant participé à « l’attaque terroriste du Hamas et non des victimes israéliennes », a expliqué à l’AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lior Haiat.

Toutefois, dans la soirée, le ministère a retiré ses explications initiales. « Il s’agit d’une estimation actualisée », a déclaré Lior Haiat dans un nouveau communiqué qui ne fournit pas d’explication sur le nouveau chiffre.

« Les terroristes du Hamas ont assassiné de sang-froid environ 1 200 personnes et en ont enlevé 240, dont des bébés, des enfants, des femmes et des personnes âgées », indique ce communiqué.

Plus de 11 000 morts dans la bande de Gaza

Le précédent bilan de 1 400 avait été établi progressivement dans la semaine ayant suivi les attaques et était resté stable depuis lors.

L’armée israélienne fait par ailleurs état de 37 militaires morts depuis le début de l’offensive terrestre.

Ce vendredi, le ministère de la Santé du Hamas a lui annoncé que 11 078 personnes, dont 4 506 enfants, avaient été tuées dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

À voir également sur Le HuffPost :

Pourquoi la diffusion du massacre du Hamas à l’Assemblée nationale ne fait pas l’unanimité

Guerre Israël-Hamas : L’Ukraine a-t-elle été oubliée, alors que tous les regards se tournent vers Gaza ?