« L’armée française n’est pas prête » à une guerre conventionnelle, alerte le général Desportes

« L’armée française n’est pas prête » à une guerre conventionnelle, alerte le général Desportes

Alors que Vladimir Poutine a ordonné la mobilisation partielle ce mercredi, le général de l’armée de terre, Vincent Desportes, voit dans la guerre en Ukraine le signe d’un retour « à la guerre que nous pensions disparue » : « Dans cette guerre, ce sont bien les blindés qui attaquent, qui prennent le terrain et l’infanterie qui occupe. La guerre revient à sa vérité, que nous avions oubliée. » Et les conséquences de cet « oubli » sont claires pour lui, la France n’est pas en capacité de livrer beaucoup plus d’armes conventionnelles à l’Ukraine : « Je doute que nous puissions donner des chars Leclerc. Les Américains ont des milliers d’Abrams, nous avons au maximum 200 Leclerc, dont la moitié qui doivent fonctionner. Je ne suis pas sûr qu’il faille donner un tiers de nos chars Leclerc qui nous laisserait avec un seul régiment en état de fonctionner en France. »

« Nous sommes devenus une force de police internationale, excellente, remarquable »

En fait, le général Desportes va même plus loin, et estime que la France n’est plus en capacité de mener une guerre conventionnelle : « Cela montre que la France doit s’équiper et faire des stocks pour pouvoir mener une guerre à l’ancienne. Or l’armée française n’y est pas prête. Nous sommes devenus une force de police internationale, excellente, remarquable. Mais il y a une nécessité d’accélérer le rythme de production d’armement pour reconstituer des stocks et être capable, si la guerre vient. »

D’après lui, une telle menace est crédible et « la France doit se repréparer à la guerre qui existe et qui peut venir. » D’autant plus que le général semble estimer que c’est aussi cet état d’esprit qui est responsable du retour de la guerre « à l’ancienne » sur le continent européen : « Ne pensons pas que nous pourrons nous rendormir, la guerre existe tout autour de nous. À force de croire que la (...) Lire la suite sur Public Sénat

La réforme des retraites va-t-elle se transformer en « piège » pour les LR ?

Affaire PPDA : vers une modification des délais de prescription pour les affaires de violences sexuelles ?

La Russie secouée par une « mobilisation partielle » historique : « Les manifestations ne sont que la partie visible de l’iceberg »

L’amendement sur les retraites compte déjà des opposants au groupe centriste du Sénat

À Saint-Nazaire, Emmanuel Macron détaille son plan pour « accélérer » sur le solaire et l’éolien en mer