L’Argentine dit non à l’élevage de saumons, une première dans le monde

·1 min de lecture
L’activité d’élevage de saumons, ici à Bahia Ralun, représente des milliers d’emplois au Chili, deuxième pays producteur au monde.
L’activité d’élevage de saumons, ici à Bahia Ralun, représente des milliers d’emplois au Chili, deuxième pays producteur au monde.

L'Argentine est devenue, ce mercredi 30 juin, le premier pays du monde à bannir l?élevage de saumons. L?Assemblée législative de la Terre de Feu, un archipel partagé avec le Chili, a voté à l?unanimité une loi interdisant cette activité dans la province, révèle le journal Pàgina 12, dont se fait l?écho Courrier international. La Terre de Feu est un archipel chilien-argentin situé en Patagonie argentine, à l?extrême sud du continent sud-américain. Cette décision est « un pas de géant » dans le combat pour la préservation des écosystèmes marins, selon un communiqué de Greenpeace.

À noter que cette loi provient bien des autorités argentines du territoire. Du côté chilien du canal de Beagle, « l?avancée de l?élevage du saumon se poursuit, même dans les zones protégées », a dénoncé Estefanía González, porte-parole de la campagne océans de Greenpeace, auprès de Paginà 12. En Argentine, ce projet de loi a été soutenu par des organisations environnementales, à commencer par Greenpeace Argentina. « Jusqu?à présent, il n?y a eu aucune trace de législation au niveau provincial ou national dans le monde qui protège les écosystèmes des dommages de cette industrie », a réagi l?ONG. La salmoniculture est une activité hautement néfaste pour l?environnement, dont les dégâts peuvent être « irréversibles ». D?après Estefanía González, au Chili, « nous avons vu des morts de baleines ou d?autres espèces marines de la pollution des fonds qui laisse de véritables déserts ».

À [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles