L’architecte Ricardo Bofill est mort

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Ricardo Bofill
    Architecte et urbaniste catalan
Ricardo Bofill en 1991.
Ricardo Bofill en 1991.

Un grand nom de l?architecture a disparu. L?Espagnol Ricardo Bofill est mort à 82 ans de complications liées au Covid-19 ce vendredi 14 janvier. « L?architecture est la victoire de l?homme sur l?irrationnel », aimait-il dire, porté par l?obsession de créer un « langage » architectural différent organisant l?espace autour de l?être humain. Au fil de sa carrière, Bofill est entré dans le club très fermé des « architectes-stars » dont font partie Norman Foster, Renzo Piano ou Jean Nouvel.

Né le 5 décembre 1939 à Barcelone (nord-est de l?Espagne) d?un père architecte catalan et d?une mère vénitienne, Ricardo Bofill Levi entre en 1957 à l?École d?architecture de la ville, d?où il est exclu pour militantisme anti-franquiste, avant de poursuivre ses études à Genève (Suisse). De retour dans sa ville natale, dans une Espagne toujours sous la coupe du dictateur Francisco Franco (de 1936 à 1975), il fait partie avec d?autres jeunes intellectuels (architectes, ingénieurs, écrivains, cinéastes, sociologues et philosophes) d?un groupe baptisé la « Gauche divine » et crée en 1963 son atelier d?architecture, le « Ricardo Bofill Taller de Arquitectura ». Cet atelier, installé dans une vieille cimenterie de la périphérie de Barcelone, avec des antennes à Paris, Montpellier (France), New York (États-Unis), Tokyo, Chicago (États-Unis) ou Pékin, a signé plus de 1 000 projets dans le monde entier.

On doit notamment à l?atelier de Ricardo Bofill l?aéroport de Barcelone, le Théâtre [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles