L’architecte française Renée Gailhoustet primée au Royaume-Uni

Capture d’écran YouTube/ Ordre des architectes d’Île-de-France

“Même dans le milieu des architectes, Renée Gailhoustet n’est pas une célébrité”, relève le Financial Times. Pourtant, à près de 93 ans, la Française vient de se voir attribuer l’une des plus prestigieuses récompenses du secteur : le prix d’architecture décerné par la Royal Academy of Arts, au Royaume-Uni.

Dans le communiqué détaillant son choix, publié le 31 mai, le jury de la Royal Academy of Arts explique avoir voulu souligner la “contribution extraordinaire” de Renée Gailhoustet au logement social en France et “son approche inspirante de la planification urbaine”. Il salue une architecte apte à mêler “générosité, beauté, écologie et inclusion sociale” dans ses créations d’inspiration brutaliste.

Éclipsée par Jean Renaudie

Née en 1929 à Oran, Renée Gailhoustet a commencé sa carrière en 1961, à sa sortie de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Elle est très vite remarquée pour ses logements sociaux révolutionnaires. En 1968, la mairie communiste d’Ivry-sur-Seine, en banlieue de Paris, lui demande d’orchestrer la rénovation du centre-ville. La cité ouvrière est alors en pleine croissance démographique.

Renée Gailhoustet appelle à ses côtés Jean Renaudie (1925-1981). Les deux deviennent “partenaires en travail et en amour” et contribuent à façonner la ville d’Ivry telle que nous la connaissons aujourd’hui, raconte le Financial Times. “Mais le nom de Gailhoustet s’est légèrement effacé de la mémoire architecturale collective, tandis que Renaudie, mort en 1981, continue de faire l’objet d’une sorte de culte”, poursuit le quotidien britannique.

La douceur de l’octogone

Est-ce que parce que Renaudie était un homme, à une époque où l’architecture restait un domaine très majoritairement masculin ? Ou parce que les œuvres de celui-ci, caractérisées par l’emploi du béton et la rigueur de leurs formes, sont plus photogéniques ? Le journal se perd en conjectures pour expliquer le relatif oubli dans lequel a sombré Renée Gailhoustet. Mais il tient à défendre son travail, qui décline souvent la forme de l’octogone :

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles