Non, l’Arabie saoudite n’a pas interdit la vente de pétrole en dollars

Des internautes affirment que l’Arabie saoudite aurait interdit les pétrodollars. En cause, la signature d’un accord de coopération avec les États-Unis le 8 juin 1974 et sa supposée expiration cinquante ans plus tard. Mais cet accord n’a jamais constitué une obligation pour l’Arabie saoudite qui, si elle a fait du dollar la devise majoritaire pour ses exportations pétrolières, a vendu cet hydrocarbure dans d’autres devises et n’a pas annoncé l’interdiction du dollar depuis.

La vérification en bref

  • Un accord signé le 8 juin 1974 entre les États-Unis et l’Arabie saoudite a entraîné une coopération économique et diplomatique entre les deux pays.

  • Cet accord, ne mentionne pas l’obligation pour l’Arabie saoudite de vendre son pétrole uniquement en dollars et n’a pas de date d’expiration

  • L’Arabie saoudite diversifie les monnaies dans lesquelles se font ses transactions financières, mais à ce jour le dollar reste la devise de ses exportations pétrolières.

Le détail de la vérification

“La fin du pétrodollar” a récemment été annoncée par des comptes sur les réseaux sociaux. Preuve à l’appui, selon eux : l’expiration d’un accord du 9 juin 1974 entre les États-Unis et l’Arabie saoudite, signé suite au choc pétrolier de 1973. Cinquante ans plus tard, l’accord n’aurait pas été renouvelé, ce qui signifierait la fin de l’hégémonie de la monnaie américaine sur les exportations pétrolières. Mais l’accord en question n’a jamais contraint l’Arabie saoudite a vendre uniquement en dollar et n’a jamais eu de date d’expiration.


Lire la suite sur Les Observateurs - France 24