« L’approche décoloniale s’intègre peu à peu dans la doctrine écologiste »

·1 min de lecture
Les militants écologistes de Youth for Climate le 26 septembre 2020 à Paris.
Les militants écologistes de Youth for Climate le 26 septembre 2020 à Paris.

Fabrice d'Andréa (pseudonyme) appartient au collectif On vous voit, un groupe de militants laïques-républicains qui démontrent à partir de faits les porosités qui existent entre des partis politiques ? de droite comme de gauche ? et les mouvances décoloniales, islamistes et intersectionnelles. Ce collectif anonyme, constitué pour bonne partie de militants de gauche, s'appuie exclusivement sur des sources ouvertes pour documenter ces attelages politiques souvent contradictoires. Ce sont les travaux d'On vous voit et tout particulièrement ceux du compte très actif 2emeDB73 qui ont récemment mis en lumière les sympathies islamistes de deux candidats écologistes, aussitôt remerciés par leur parti. Fabrice d'Andréa revient sur la récente affaire de Grenoble et sur les ambiguïtés que cultivent certains responsables politiques du parti EELV à l'égard des mouvements décoloniaux. Entretien.


Le Point : Polémiques sur le burkini, campagne contre des profs à Sciences Po et maintenant polémique sur les financements publics du mois décolonial? Grenoble est-elle en train de devenir la capitale du décolonialisme ?

Fabrice d'Andréa : Il existe un terreau local favorable à ces théories, notamment grâce à la présence d'un tissu associatif et universitaire assez actif sur ces questions. Il ne faut pas non plus négliger le rôle d'Éric Piolle dans ce climat politique. Même si le maire EELV de Grenoble s'est officiellement désolidarisé de ce mois décolonial en demandant le retrait [...] Lire la suite