L’appel à l’aide de la Maison des écrivains

·1 min de lecture
Intervention de Patrick Pécherot devant les élèves du lycée Curie de Romilly.
Intervention de Patrick Pécherot devant les élèves du lycée Curie de Romilly.

Elle aurait dû célébrer son 35e anniversaire cette année. La Maison des écrivains et de la littérature (MEL) se bat, ces jours-ci, pour sa survie. Cette association, fondée en 1986, est installée depuis 2007 au rez-de-chaussée de l?ancien hôtel particulier des frères Goncourt que lui loue, à prix modique, la Mairie de Paris. Ses onze salariés organisent près d?un millier de manifestations littéraires à destination des scolaires mais aussi des colloques sur des thématiques littéraires à l'attention des universitaires. Ils aident aussi les auteurs qui les sollicitent pour des démarches administratives ou des recherches documentaires.

Face à une diminution continue de ses moyens depuis dix ans, son président, l'écrivain Jean-Yves Masson, par ailleurs professeur à la Sorbonne, tire aujourd?hui la sonnette d?alarme. « Avec l?érosion des subventions publiques, c?est l?existence même de notre maison qui est désormais menacée », confie-t-il. À l?heure où Emmanuel Macron vient de faire de la lecture une « grande cause nationale », la disparition de cette structure tomberait mal.

À LIRE AUSSINathacha Appanah reçoit le prix des Libraires de Nancy-Le Point

Lettre ouverte au président

Quatre-vingts auteurs ont publié, le 13 juillet, une lettre ouverte au président de la République lui demandant de sauver l?institution dont le « financement actuel ne lui permet pas d?envisager de verser les salaires de ses permanents pour les trois derniers mois de l?année ». Depuis l?été [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles