L'Union européenne allonge sa liste noire des paradis fiscaux

franceinfo avec AFP
Dressée après les scandales des Panama Papers et LuxLeaks, cette liste a pour objectif de lutter contre l'évasion fiscale des multinationales et des grandes fortunes.

Les 28 Etats membres de l'UE ont élargi leur liste noire des paradis fiscaux, mardi 12 mars, pour la porter de 5 à 15 pays. Dressée pour la première fois par les Européens en décembre 2017, à la suite de plusieurs scandales, dont Les Panama Papers et LuxLeaks, cette liste a pour objectif de lutter contre l'évasion fiscale des multinationales et des grandes fortunes.

Elle épinglait au départ 17 pays mais avait considérablement rétréci ces derniers mois, en raison de promesses de plusieurs mauvais élèves faites à l'Union européenne de changer leur législation fiscale. Il ne restait par conséquent plus que cinq territoires à n'avoir jamais pris aucun engagement : les Samoa américaines, Samoa, Guam, Trinidad et Tobago et les îles Vierges américaines.

La Suisse pointée du doigt

Après l'actualisation de mardi, trois pays, sortis l'an passé de la liste noire après des promesses de bonne conduite, se retrouvent à nouveau épinglés pour mauvais comportement : la Barbade, les îles Marshall et les Emirats arabes unis (EAU). Sept autres pays qui étaient jusqu'ici inscrits seulement sur la liste dite "grise" - ceux des mauvais élèves ayant pris des engagements qui ne se sont pas concrétisés - sont désormais pour la première fois "blacklistés". Il s'agit d'Aruba, du Belize, des Bermudes, des Fidji, du Vanuatu, de la Dominique et d'Oman.

Par ailleurs, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi