L'ONU va désapprouver l'interdiction du voile intégral en France

1 / 2

L'ONU va désapprouver l'interdiction du voile intégral en France

Le Comité des droits de l'homme de l'ONU devrait épingler ce mois-ci l'interdiction en France de porter une tenue dissimulant le visage, comme la burqa ou le niqab. Si ses conclusions n'ont pas de valeur contraignante, certains politiques s'en indignent déjà. 

L'interdiction du voile intégral en France est-elle discriminatoire? Une prochaine concertation du Comité des droits de l'homme de l'ONU (OHCHR) pourrait bien relancer le débat, révèle La Croix ce jeudi. L'organe des Nations unies, constitué de juristes internationaux, va se pencher dans le courant du mois sur les requêtes de deux femmes verbalisées pour avoir porté un niqab dans l'espace public en France.

Le Comité n'est pas étranger aux dossiers d'éventuelles discriminations religieuses: en août, il a déjà délivré des "constatations" sur l'affaire Baby Loup, du nom de la crèche qui avait licencié une de ses employés en 2008 en France, pour avoir refusé d'enlever le foulard qu'elle portait sur la tête. La justice française a hésité pendant de longues années, la Cour de cassation cassant d'abord le licenciement, avant de valider la faute grave en 2014 et d'estimer qu'il n'y avait pas de discrimination.

Cet été, le Comité de l'ONU a considéré au contraire qu'il n'y avait pas de "critère raisonnable" justifiant le licenciement de l'employée et que c'était une "discrimination (...) basée sur le genre et la religion". D'après La Croix, l'organe des Nations unies devrait bientôt se prononcer dans le même sens sur la loi de 2010 qui interdit de "porter une tenue destinée à dissimuler son visage" et concerne, de fait, la burqa ou le niqab qui ne laissent à voir que les yeux....

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi