L'Ofast, un nouvel office anti-stup' pour lutter contre des réseaux organisés et prospères

LExpress.fr
Alors que le marché de la drogue demeure très lucratif en France, le gouvernement a inauguré mardi un nouvel office pour lutter contre les trafics de stupéfiants.

La France s'est dotée d'un nouvel organe pour lutter contre les trafics de drogue : l'Ofast, l'Office Anti-Stupéfiants, a été officiellement inauguré mardi par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. A cette occasion, le premier flic de France a dévoilé des chiffres records de saisies enregistrés en 2019. Signe aussi que le marché de la drogue prospère dans l'Hexagone et que les réseaux sont de mieux en mieux organisés à l'international. 

  • Un nouvel outil pour lutter contre les trafics

Annoncé en septembre, l'Ofast a été officiellement lancé mardi. "Depuis 66 ans, nous n'avions pas changé la forme de l'outil et l'engagement de nos forces sur ces sujets. C'est la raison pour laquelle nous avons créé l'Office Anti-Stupéfiants et nous avons changé la méthode", a expliqué Christophe Castaner sur RTL, avec ce souci de moderniser une organisation devenue obsolète. L'ancien Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) a donc muté, au 1er janvier, pour devenir l'Ofast.  

En changeant d'organe, l'État change aussi de méthode : désormais, gendarmes, policiers mais aussi douaniers et magistrats travaillent main dans la main et en lien avec les ministères de la Justice et de l'Europe, pour un meilleur partage de l'information et une meilleure coopération entre les services.  

L'office est d'ailleurs dirigé par une commissaire de police, Stéphanie Cherbonnier, secondée par un magistrat. "C'est la première fois dans une institution du ministère de l'Intérieur que nous mettons un magistrat", a souligné Christophe Castaner.  

Concrètement, 150 enquêteurs, déployés dans 16 antennes sur le territoire, conduisent les enquêtes au niveau national et international, tandis qu'un second pôle assure le partage des informations et un troisième est chargé de la coopération internationale, notamment avec les pays producteurs et de transit de drogues. "Je souhaite qu'on puisse mener l'enquête sur la globalité de la chaîne, de l'international à la cage d'escalier"...Lire la suite sur L'Express.fr

L'Ofast, un nouvel office anti-stup' pour lutter contre des réseaux organisés et prospères

Comment la drogue gangrène les campagnes

Russie : Hydra, l'Amazon de la drogue qui attire les clients

Légalisation du cannabis : Gabriel Attal "favorable" à un débat