L'interview de Macron à Valeurs Actuelles a "estomaqué" Pulvar

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Audrey Pulvar sur le plateau de franceinfo samedi 2 novembre (Photo: Capture franceinfo)
Audrey Pulvar sur le plateau de franceinfo samedi 2 novembre (Photo: Capture franceinfo)

POLITIQUE - Une interview qui ne cesse de faire parler. Ce samedi 2 novembre, Audrey Pulvar, candidate sur la liste d’Anne Hidalgo pour les municipales à Paris, a réagi à l’entretien accordé par Emmanuel Macron au très droitier hebdomadaire Valeurs Actuelles en pleine polémique sur le port du voile.

Et pour l’ex-journaliste, un chef de l’État n’a rien à faire dans les colonnes d’un média ultra-conservateur. “J’étais assez estomaquée. Je comprends mal pourquoi le président de la République donne une telle résonance à un journal qui est un journal d’extrême droite”, a-t-elle déclaré, dénonçant “un journal misogyne qui a été condamné pour incitation à la haine raciale”.

En 2015, le journal dirigé par Yves de Kerdrel avait en effet été condamné pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms, pour un dossier intitulé “Roms l’overdose”. “J’ai entendu l’argument de l’Élysée disant que le chef de l’État veut s’adresser à tout le monde. Dans ce cas là, il peut aussi donner une interview à Minute”, a poursuivi Audrey Pulvar, adressant ses pensées à “toutes ces personnes de gauche qui ont voté pour Emmanuel Macron”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Audrey Pulvar n’est pas la seule à avoir été dérangée par cet entretien, qui a provoqué l’émoi jusque dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Vendredi, L’Opinion a en effet révélé les coulisses de cette initiative présidentielle. Le quotidien libéral affirme en effet que cette interview a été décidée par le chef de l’État sans consulter son équipe, ce qui a provoqué la panique parmi ses conseillers. Une panique telle que le nouveau chef de la communication élyséenne, Joseph Zimet, aurait songé à démissionner.

À voir également sur Le HuffPost:

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

LIRE AUSSI

La popularité de Macron et Philippe encore à l'arrêt en novembre - SONDAGE YOUGOV

Gabriel Attal voit dans les Restos du coeur des "coûts évités" à l'État

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles