L'interdiction des plastiques à usage unique en 2040 a du mal à convaincre

Romain Herreros
Brune Poirson à l'Assemblée nationale dans la nuit de lundi à mardi.

Un dispositif ayant vocation à s’appliquer... dans 20 ans. Dans la nuit de ce lundi 9 au mardi 10 décembre, l’Assemblée nationale a adopté un amendement au projet de loi antigaspillage, ayant pour objectif d’interdire la "mise sur le marché des emballages plastiques à usage unique d’ici 2040".

Un texte qui porte sur "tous les emballages alimentaires, les flacons, bouteilles, ce qui est partout dans nos placards pour l’usage domestique et industriel", a souligné en séance la députée LREM Laurence Maillart-Méhaignerie. "Un signal très fort et concret que la France envoie ce soir à ses partenaires européens et au reste du monde", a salué la secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson. 

"L’avenir à long terme du plastique ne peut pas être celui de l’usage unique", a-t-elle insisté. S’il est définitivement adopté par le Parlement, cet amendement fixera tous les cinq ans des objectifs successifs de réduction, de réutilisation ou de recyclage des emballages en plastique à usage unique. Une sortie progressive jusqu’à l’interdiction totale dans 20 ans. 

Retrouvez cet article sur Le HuffingtonPost.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :