"L'intelligence artificielle n'est pas 'intelligente'"

LExpress.fr
Comment comprendre l'informatisation du monde? Gérard Berry, professeur au Collège de France, nous éclaire

Médaille d'or du CNRS, membre de l'Académie des sciences, professeur au Collège de France, où il a d'abord tenu la chaire Informatique et sciences numériques puis celle des Algorithmes, machines et langages, Gérard Berry revient pour nous sur l'innovation technologique. Comprendre l'informatisation du monde, c'est saisir la pensée algorithmique, explique-t-il. 

L'Express : Si l'informatique bouleverse notre vie quotidienne, peut-on parler à son sujet de véritable révolution numérique, qui met "le monde à l'envers"? 

Gérard Berry : C'est un bouleversement complet de nos façons de faire, d'agir et de comprendre le monde, dans énormément de domaines. Longtemps, notre civilisation a été organisée autour du triangle matière-énergie-ondes, élaboré petit à petit par la pensée scientifique, les sciences physiques et leurs techniques. D'abord, la matière, sous forme d'objet de la nature plus ou moins visible, solide, liquide ou gazeux. Ensuite, l'énergie, que la science des 18ème et 19ème siècles a permis de mieux comprendre, conduisant aux moteurs de la révolution industrielle et au progrès de la chimie. Enfin, les ondes de l'acoustique, de l'électricité et de l'électromagnétisme ; leur maîtrise a provoqué les révolutions de la communication, avec l'apparition du télégraphe en 1850, du téléphone en 1870, de la radio en 1890 et de la télévision vers 1925. Au 20ème siècle, l'information et le calcul algorithmique ont transformé le triangle en tétraèdre. Théorisé d'abord puis mis en pratique, l'informatique a transformé le monde d'une façon rapide et profonde. 

Cette révolution numérique nous oblige-t-elle à penser autrement ? 

L'information n'a pas du tout les mêmes caractéristiques que la matière. Elle n'a ni volume ni poids, et peut se stocker sur des supports quelconques. Le fait d'avoir un cerveau bien rempli, qui contient beaucoup d'informations, ne nous rend pas plus léger ou plus lourd. C'est pareil pour les ordinateurs : une machine pèse le même poids, qu'elle soit vide ou re...Lire la suite sur L'Express.fr

Le mercato des cerveaux

Une IA pour détecter les montages photo

La Rolls des super calculateurs

Les salariés français voient l'IA d'un mauvais oeil