L'incroyable récit d'Adil Rami sur la soirée après France-Argentine

Rédaction Le HuffPost
1 / 2

L'incroyable récit d'Adil Rami sur la soirée après France-Argentine

L'incroyable récit d'Adil Rami sur la soirée après France-Argentine

Le défenseur marseillais confirme (encore une fois) son statut de bout en train. Sur le plateau de TF1 ce lundi 16 juillet, Adil Rami a livré un récit pour le moins hallucinant sur la nuit qui a succédé à la victoire des Bleus contre l'Argentine en huitième de finale.

Alors que cette histoire était -en partie- sortie dans la presse, le porte-bonheur des Bleus a livré sa version des faits. "On était une quinzaine dans un restaurant, pépère. Et quand on est rentré, avec l'ambiance, on s'est mis à chanter dans les couloirs. Fidèle à moi-même, je me suis mis avec mon casque, nu, et je jouais à fortnite dans ma chambre", commence à raconter Adil Rami, provoquant une première salve de rires sur le plateau.

Le défenseur poursuit en expliquant qu'une fois dans sa chambre, il continuait d'entendre le chahut provoqué par ses coéquipiers. "Dans les couloirs, ça chantait, ça chantait, et les mecs tapaient chambre par chambre pour réveiller", continue le natif de Bastia, indiquant qu'il a alors senti "la tempête" arriver dans sa chambre. Pour se prémunir du chahut de ses coéquipiers, ce dernier s'est alors emparé d'une arme de fortune:

"Moi j'avais pris un extincteur dans ma chambre. Sécurité, on sait jamais, contre les gamins. Et là je sors pour savoir ce qu'il se passe, y a Ben Mendy qui bloque la porte avec son pied. Il a alors crié et dit ''venez, on va mettre le dawa dans la chambre d'Adil Rami' (...) Je suis parti en courant, j'ai dégoupillé l'extincteur et quand ils sont rentrés, ghostbuster . Sincèrement, j'ai eu peur, car quand j'ai vu l'ampleur de cette bêtise, je me suis dit : ''je vais me faire virer''

En effet, la "bêtise" a causé le réveil de tout l'étage, dont le sélectionneur Didier Deschamps, en raison des gaz toxiques générés par le déclenchement de l'extincteur. Mais plus de peur que de mal pour les Bleus et pour Adil Rami, sur lesquels cette histoire n'a eu (heureusement) aucune incidence négative (vidéo ci-dessous).

 

Retrouvez cet article sur le Huffington Post