L'extinction des dinosaures est-elle due à un astéroïde ou un volcan ? Cette étude tranche le débat

Ce serait bien l'astéroïde à l'origine du cratère de Chicxulub qui a entraîné l'extinction des dinosaures (Photo: ROGER HARRIS/SCIENCE PHOTO LIBRARY via Getty Images)

SCIENCE - Il y a 66 millions d’années, les dinosaures disparaissaient brusquement, après un règne sur la Terre de 170 millions d’années. Ce fut la dernière grande extinction de masse (avant la possible à venir, provoquée par la société humaine).

Si la date est plutôt claire, la cause ne l’est pas. Le climat a été modifié brutalement, entraînant une disparition massive de la plupart des espèces. Mais pourquoi?

On parle souvent de l’astéroïde géant de 10km de diamètre qui s’est écrasé au Mexique, formant le gigantesque cratère de Chicxulub. Mais à la même période, des éruptions volcaniques géantes ont eu lieu pendant un million d’années en Inde, créant des coulées de lave monumentales, de plus de 2 km d’épaisseur, les “trapps du Deccan”. C’était même la thèse dominante, avant la découverte du cratère dans les années 80.

Depuis des décennies, paléontologues, géologues et climatologues cherchent à percer le mystère de la disparition des dinosaures. Et l’année dernière, en février 2019, la thèse du volcanisme a été relancée par la publication de deux études dans Science, qui dataient de manière plus précise, mais différente, les éruptions qui ont eu lieu en Inde.

Ce jeudi 16 janvier, toujours dans Science, une équipe d’une trentaine de chercheurs affirme pouvoir trancher le débat: ce serait bien l’astéroïde qui serait à l’origine de l’extinction de tous les dinosaures (sauf une faible partie, parmi les plus petits, qui a évolué en oiseaux). La plus grosse partie de l’éruption volcanique aurait eu lieu bien avant l’impact ou bien après. Elle aurait par contre pu contribuer à l’émergence de nouvelles espèces après le cataclysme.

Lave et gaz

Jusqu’alors, le débat tournait surtout autour de la date des principales éruptions volcaniques de cette période. Et pour réaliser cette datation, les deux études de 2019 avaient analysé des morceaux de lave du trapp de Deccan. Avec différentes méthodes... et différents résultats.

Les éruptions volcaniques en Inde ne seraient pas à l'origine de l'extinction des dinosaures, selon cette nouvelle étude. (Photo: MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY via Getty Images)

 

Dans l’article publié ce 16 janvier, les auteurs ont plutôt cherché du côté des gaz. Car si des kilomètres de laves sont impressionnants, cela ne suffit pas à changer la face du monde. Pour qu’une éruption volcanique soit à l’origine d’une extinction massive, il faut surtout que le volcan ait envoyé dans l’atmosphère des gaz qui ont radicalement changé la température mondiale.

Les volcans ont la particularité d’éjecter notamment deux types de gaz: le CO2, qui, comme on le sait tristement, réchauffe l’atmosphère, et le dioxyde de soufre (SO2), qui la refroidit. Les chercheurs ont donc réalisé des relevés, notamment dans des sédiments marins, pour affiner leurs connaissances sur l’évolution de la température mondiale et les dépôts de carbone juste avant et après l’extinction des dinosaures, il y a 66 millions d’années.

Les auteurs ont ensuite comparé ces relevés avec les thèses développées par les différentes études publiées sur les éruptions volcaniques en Inde (y compris les deux qui ont relancé le débat en 2019). Seuls deux des scénarios testés peuvent coller à la réalité: soit la majorité des éruptions (87%) ont eu lieu avant la grande extinction, soit la moitié a eu lieu avant et l’autre après. Ce dernier scénario (50/50) est le plus probable, en vérifiant toutes les variables, selon l’étude.

Des températures qui ne collent pas

Mais même si elles ont eu lieu quelques centaines de milliers d’années avant ou après l’impact de l’astéroïde, ces éruptions n’auraient-elles pas pu avoir un rôle dans l’extinction des dinosaures? Pour les auteurs de l’étude, c’est peu probable.

En effet, si les éruptions ont entraîné un réchauffement d’environ 2°C quelque 400.000 ans avant l’impact, la température était ensuite retombée à la normale peu avant l’extinction des dinosaures. Durant cette période, quasiment aucune preuve d’une hausse des extinctions d’espèces dans les océans n’existe. À l’inverse, rappellent les auteurs, de nombreux changements dans les écosystèmes juste après l’impact ont été trouvés.

L’étude conclut que “l’impact et l’extinction [des dinosaures, NDLR] ont créé l’opportunité initiale pour l’avènement des espèces du Cénozoïque”, l’ère actuelle, qui a succédé à celle des dinosaures. Mais les éruptions volcaniques ont pu “contribuer à façonner les espèces dans le contrecoup de l’extinction”. Une théorie qui ne plaira évidemment pas aux paléontologues partisans de l’explication volcanique.

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI :

Bien avant la chute de l'astéroïde, les dinosaures étaient déjà en train de s'éteindre

Des fossiles datant du jour où un astéroïde a provoqué la fin des dinosaures découverts

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.