Dans l'entre-deux-tours de la présidentielle 2017, un match d'impro dicté par l'opportunisme

Romain Herreros
Dans l'entre-deux-tours de la présidentielle 2017, un match d'impro dicté par l'opportunisme

POLITIQUE - On aura à peu près tout vu cette semaine dans la course qui oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Un duel improvisé à Amiens, une virée en bateau, une partie de foot à Sarcelles, le dynamitage du cordon sanitaire qui séparait le Front national des autres formations politiques... Si la période d'entre-deux tours est généralement synonyme de rythme infernal et d'improvisation, la cuvée 2017 y ajoute une bonne dose d'opportunisme.

Une séquence qui a plutôt réussi à la candidate frontiste qui, à en croire les sondages, bénéficie d'une dynamique positive, bien que son adversaire continue d'observer une très large avance, dans un duel qui emprunte davantage à la boxe qu'à la course de fond. Surprendre, agir vite, répondre instantanément, rendre coup pour coup, ne pas baisser la garde... les deux candidats ont parfaitement compris les règles du jeu.

Agenda secret et coups médiatiques plus ou moins réussis

Pour être imprévisible et ne pas laisser à l'adversaire le temps d'exploiter ses failles, il faut savoir faire preuve de prudence, en ne dévoilant pas trop son jeu. L'équipe d'Emmanuel Macron l'a bien compris quand elle a vu débarquer Marine Le Pen à l'usine Whirpool d'Amiens, dont le passage express sur le parking du site a contraint le candidat d'En Marche! à sortir du bois pour affronter la colère des ouvriers. S'il est difficile de déterminer qui est vraiment sorti vainqueur de cette séquence, celle-ci a donné le ton de cet entre-deux tours.

Inutile de chercher l'agenda des deux candidats. Tout se décide désormais à la dernière minute. Ce qui permet de maîtriser son image en surprenant la presse, comme l'a fait Macron à Sarcelles ou Le Pen au Grau-du-Roi, mais qui peut aussi s'avérer contre-productif.

Alors qu'elle s'était entourée de caméras pour aller visiter ce dimanche l'usine Altéo de Gardanne (Bouches-du-Rhône), la candidate d'extrême droite a trouvé porte close. Et pour cause, le site est fermé le dimanche. Aussi, la visite était...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages