L'arrivée de Neymar au PSG est la preuve qu'il faut d'urgence réformer le football pour plus de transparence de régulation et de redistribution

Nicolas Bonnet-Oulaldj
L'arrivée de Neymar au PSG est la preuve qu'il faut d'urgence réformer le football pour plus de transparence de régulation et de redistribution

Le samedi 5 août, à 16h30, je recevais en tant que membre du Conseil d'Administration de la Tour Eiffel un mail m'annonçant qu'à la demande de la Mairie de Paris, une illumination spéciale aurait lieu le soir même afin de saluer l'arrivée de Neymar au Paris Saint-Germain. J'ai immédiatement signifié mon désaccord à la directrice générale de la Société d'Exploitation de la Tour Eiffel, il me semblait inapproprié et déplacé de vendre l'image de la tour Eiffel alors même qu'elle était jusque-là illuminée en solidarité avec les victimes des attentats dans le monde entier.

Il est regrettable que la ville de Paris se soit associée à cette opération de "soft power", comme le décrit Benjamin König dans L'Humanité Dimanche du 10 août 2017. Le Qatar, mis au banc par ses voisins de la péninsule arabique, se rachète une image internationale avec une carte postale associant l'un des meilleurs joueurs du monde et la Tour Eiffel.

Au-delà de l'opération de communication, le choix de la ville de Paris nous interpelle politiquement au regard de la situation du football business aujourd'hui dans le monde. Neymar n'a pas encore foulé les pelouses de Ligue 1, mais fait déjà beaucoup parlé de lui pour le montant exorbitant payé par le Paris Saint-Germain au titre de sa clause libératoire (222 millions d'euros) et de son salaire annuel (30 millions d'euros net).

En 2001, Zinédine Zidane, est transféré de la Juventus au Real de Madrid pour un montant de 75 millions d'euros. Il était alors le joueur le plus cher de l'Histoire du football.

En 2016, Paul Pogba était transféré de la Juventus à Manchester United pour plus de 105 millions d'euros.

Aujourd'hui, Neymar est transféré pour une somme plus de deux fois plus importante.

L'inflation du montant des transferts que l'on constate dans le football moderne a toutes les caractéristiques d'une bulle spéculative, exubérante et quasi irrationnelle, qui comme toutes les bulles, est vouée un jour à éclater.

Une nécessaire régulation

La quintessence...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages