Appel de Christchurch ou... appel du vide?

LExpress.fr
Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise lancent ce mercredi "l'appel de Christchurch" sur les réseaux sociaux. Pour quoi faire ?

Que vaut l'appel de Christchurch sur la haine en ligne, lancé aujourd'hui par Emmanuel Macron et la très charismatique Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, touchée il y a deux mois, avec tout son pays, par l'attentat antimusulman le plus meurtrier de l'histoire récente ? Rien. Ou pas grand-chose, au-delà de l'effet d'annonce - qui est en soi un progrès, mais tellement dérisoire, au regard de ce drame en particulier et du volume de boue qui circule sur le Web en général. 

HOLOGRAPHIQUE >> Recevez chaque semaine la newsletter d'Éric Mettout 

Contrairement à d'autres, qui s'en émeuvent à juste titre, je ne fais là aucun procès d'intention, ni au président français, ni à son invitée, dont je suis persuadé, jusqu'à preuve du contraire, que leur mobile est sincère. Ils veulent effectivement combattre le prosélytisme de la terreur, en empêchant notamment la propagation virale de vidéos comme celle qu'avait tournée et diffusée en direct sur Facebook Live Brenton Tarrant, le tueur de la mosquée Al-Noor, vue 250 fois pendant le massacre, repostée 1,5 million de fois par la suite. 

Des réseaux sans frontières

Macron et Ardern ont raison sur un point : on ne résoudra rien à l'échelle nationale. Pour répondre à une menace qui circule à la vitesse de la lumière dans des réseaux sans frontières, il faut mobiliser, ensemble, tous les pays, et que la réaction soit forte, cohérente et sans faille. On en est loin. L'Europe peine à harmoniser sa politique fiscale à l'égard des Gafa, les États-Unis de Donald Trump ont déjà dit qu'ils ne cautionneraient aucune mesure susceptible de fragiliser la sacro-sainte liberté d'expression à l'américaine - ni, surtout, une économie sur laquelle ils règnent aujourd'hui en maître. 

Quant à la Chine ou à la Russie, elles se sentent à peu près aussi concernées par ces soucis de gestion des réseaux que par l'influence des forums de discussion d'extrême droite sur la prochaine élection européenne. Disons-le autrement : tout ce qui peut déstabiliser le...Lire la suite sur L'Express.fr

Appel de Christchurch ou... appel du vide?

Appel de Christchurch : 26 États et géants du net s'engagent contre les contenus violents

Deux mois après le massacre, un film en préparation sur l'attentat de Christchurch

Californie : un ancien militaire arrêté alors qu'il préparait un attentat