L'ambition de cette ancienne dominatrice queer? Que tout le monde puisse avoir accès au BDSM

Jamie Feldman

Photos de Laurel Golio


Yin Q enseigne et pratique le bondage, la discipline, la domination, la soumission et le sadomasochisme. Cela fait longtemps que le BDSM contribue à sa compréhension de sa sexualité et des expériences qui y sont liées.

Q emploie le pronom non genré “iel” pour se désigner. Lors de son éveil sexuel, iel a trouvé captivantes les dynamiques contraires du BDSM. Sa curiosité pour ces pratiques ainsi que son identification à celles-ci et à la communauté BDSM n’ont fait que grandir et s’intensifier avec l’âge.

Q s’est d’abord essayé.e aux pratiques qui sortent de l’ordinaire en participant à un cabaret à l’université. Iel a écrit son mémoire sur le BDSM, avant d’emménager près de San Francisco pour en apprendre plus sur la communauté cuir. Aujourd’hui installé.e à Brooklyn, Q utilise son expertise et son statut de personne queer asio-américaine active et visible au sein de la communauté BDSM pour accompagner l’affirmation de personnes marginalisées. Iel réalise également des rituels BDSM à une visée thérapeutique et anime des ateliers pour les membres de la communauté LGBTQ.

Pour le mois des fiertés, toutes les éditions du HuffPost publient des portraits de personnalités qui incarnent chacune à leur façon une identité et des problématiques de la communauté LGBTQ+. Les autres portraits seront à découvrir tout au long du mois de juin dans notre dossier “Haut et fiers”. 

Par ailleurs, iel a créé la websérie Mercy Mistress (coproduite par Margaret Cho), qui raconte l’époque où elle était dominatrice.

Le HuffPost a discuté avec Q, aujourd’hui âgé.e de 44 ans, sur la façon dont iel utilise son travail pour mettre en valeur des communautés moins présentes sur le devant de la scène ainsi que la manière dont iel envisage le rôle du BDSM dans la connaissance et l’exploration des identités queer. Nous avons également recueilli son avis sur l’avenir du mouvement LGBTQ.

 

Maintenant que vous ne travaillez plus comme dominatrice, comment le BDSM s’inscrit-il dans les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post