L'Allemagne critique "l'égoïsme national" américain le jour anniversaire du Mur de Berlin

LExpress.fr
Le président allemand a exhorté les Etats-Unis de Donald Trump à faire preuve de "respect" à l'égard de leurs alliés.

Le président allemand a exhorté les Etats-Unis de Donald Trump à faire preuve de "respect" à l'égard de leurs alliés.

Diplomatie acide. Le président allemand a exhorté ce samedi les Etats-Unis de Donald Trump à faire preuve de "respect" à l'égard de leurs alliés et à tourner le dos à "l'égoïsme national", lors des cérémonies des 30 ans de la chute du Mur de Berlin. 

Alors que ces festivités s'annonçaient comme consensuelles, Frank-Walter Steinmeier, dont le rôle est honorifique mais qui est considéré comme l'autorité morale du pays, a mis les pieds dans le plat en soulignant à cette occasion la dégradation des relations translantiques ces dernières années. 

Devant la mythique Porte de Brandebourg, symbole jusqu'en 1989 de la "division de l'Allemagne", Frank-Walter Steinmeier a décrit dans un discours le rôle prépondérant des Etats-unis, le "bras fort de l'Ouest", dans la fin du Rideau de fer il y a trois décennies. 

"Nous, les Allemands, nous devons beaucoup à cette Amérique. A cette Amérique en tant que partenaire dans le respect mutuel, en tant que partenaire pour la démocratie et la liberté, contre l'égoïsme national. C'est ce que j'espère aussi à l'avenir", a-t-il asséné. Une allusion voilée, mais limpide, à l'administration actuelle à Washington. 

Tensions

Donald Trump, qui n'a pas fait de visite officielle en Allemagne depuis son élection en 2016 et projette de construire un mur entre son pays et le Mexique, a lui salué ce samedi en l'Allemagne "un des plus précieux alliés" des Etats-Unis. Mais du contentieux au sujet des dépenses militaires à celui concernant le commerce, les relations entre l'Allemagne et les Etats-Unis n'ont jamais été aussi tendues dans la période d'après-guerre. 

Le président allemand a aussi délivré des messages à la Nation allemande lors de cette célébration, dans un enthousiasme mesuré, de la fin du "rideau de fer". Frank-Walter Steinmeier a déploré que "de nouveaux murs (aient) été construits dans tout le pays : des murs de frustration, des murs de colère et de haine". L'Allemagne est en effet loin (...)

Lire la suite sur L'Express.fr

Cette vidéo peut également vous intéresser :