L'album de Johnny Hallyday contient deux erreurs au verso

Gary Assouline

MUSIQUE - C'est un détail, mais il veut dire beaucoup. L'album posthume de Johnny Hallyday "Mon pays c'est l'amour" était tellement attendu qu'il est devenu disque de platine à sa sortie ce vendredi 19 octobre à minuit grâce notamment aux précommandes. Si les fans ont rongé leur frein ces derniers mois avant de mettre la main sur le 51e album du chanteur défunt, l'entourage même de Johnny Hallyday a dû faire preuve de patience avant de se le procurer. Et certains ont même été écartés du processus de fabrication final.

C'est le cas du dernier manager du rockeur Sébastien Farran qui a expliqué sur le plateau de BFMTV que des erreurs se sont glissées au verso de la pochette de l'album. Deux "coquilles" dont la maison de disque du rockeur depuis 2005 Warner Music France a confirmé l'existence au HuffPost.

"On ne me l'a jamais partagé, pour des raisons de sécurité, a expliqué Sébastien Farran au sujet du disque physique dans l'édition spéciale de Bruce Toussaint. A tel point qu'il y a une erreur dans les crédits, c'est ridicule. Le titre "Pardonne-moi" a été crédité Yarol Poupaud à la composition alors qu'il n'en est pas le compositeur, et il a été co-crédité (par erreur, ndlr ) sur "Je ne suis qu'un homme".

Nom de code "JPS Elektra"

Pour expliquer ces erreurs, Sébastien Farran a avancé le fait que la préparation de l'album s'est faite dans la plus grande discrétion. S'il a évidemment entendu les titres lors des enregistrements studios de l'album finalisé le 28 janvier 2018, le manager a avoué que le secret a été tellement bien gardé par la maison de disque Warner Music France qu'il n'a pas pu avoir d'exemplaire en avance.

Ces dernières semaines, la Warner avait pris des mesures de confidentialité exceptionnelles pour éviter les fuites. A titre d'exemple, les 800.000 exemplaires mis en vente ont tous été fabriqués dans la même usine en Italie, a affirmé à RTL Thierry Chassagne, le patron de la maison de disque.

"Les palettes de disques étaient entreposées en...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post