Dans l'affaire des bébés sans bras, dans l'Ain une enquête judiciaire ouverte

C'est la première fois que la justice se saisit de l'affaire

SANTÉ - Un mystère qui demeure irrésolu jusqu’à maintenant. Pour la première fois, une enquête préliminaire a été ouverte dans le cadre de l’affaire dite des “bébés dans bras”, dans l’Ain, pour “mise en danger de la vie d’autrui” et “blessures involontaires avec incapacité supérieure à trois mois”. 

Ces investigations ont été lancées par le pôle santé publique du parquet de Marseille après qu’une famille dont le petit garçon est touché, a pendant l’été déposé plainte contre X.

L’enquête a été confiée à la section de recherche de gendarmerie de Lyon ainsi qu’à l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, détaille Le Parisien

“Nous souhaitons que des investigations approfondies soient conduites par un magistrat instructeur indépendant et spécialiste des questions sanitaires et environnementales”, avait expliqué au moment du dépôt de plainte maître Fabien Rajon, avocat de la famille.

Plusieurs investigations scientifiques ont bien eu lieu. En octobre, l’organisme Santé publique France avait indiqué n’avoir identifié aucune cause pour les cas groupés suspects et avait estimé qu’il n’y avait pas d’“excès de cas” dans l’Ain. Puis en juillet, un comité d’une vingtaine de scientifiques mené par Santé publique France et l’agence de sécurité sanitaire Anses avaient recommandé de ne mener des investigations complémentaires que pour les cas situés dans le Morbihan, excluant de nouveau l’Ain des “excès de cas”. 

Le comité s’était penché sur 20 cas d“agénésie transverse des membres supérieurs”, nés dans le Morbihan, l’Ain et la Loire-Atlantique.

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI

Retrouvez cet article sur le Huffington Post