L’antitussif Pneumorel retiré du marché en raison d’un risque cardiaque

Le Parisien avec AFP
Illustration. Un potentiel effet sur la survenue de troubles du rythme cardiaque du principe actif du Pneumorel a été identifé

« Pour les patients qui auraient déjà utilisé ces médicaments, il n’y a plus aucun risque dès lors que le traitement est arrêté », rassure l’agence du médicament.


Les médicaments Pneumorel (sirop et comprimés), utilisés notamment pour traiter la toux, sont retirés du marché français en totalité, en raison d’un risque cardiaque et ne doivent plus être utilisés, a annoncé vendredi l’Agence du médicament.

Cette décision fait suite à l’identification d’un potentiel effet du principe actif, le fenspiride, sur la survenue de troubles du rythme cardiaque.

Pneumorel (laboratoires Servier), utilisé contre la toux et pour l’expectoration lors des maladies bronchopulmonaires, n’est délivré que sur ordonnance mais n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

Rappel de tous les lots

En 2018, 360 000 flacons et 130 000 boîtes de comprimés ont été vendus. Tous les lots présents dans les pharmacies, les établissements de santé et chez les grossistes répartiteurs font l’objet d’un rappel depuis le 8 février, note l’ANSM.

« Pour les patients qui auraient déjà utilisé ces médicaments, il n’y a plus aucun risque dès lors que le traitement est arrêté, et ce, que le patient ait ou non présenté des symptômes cardiaques lors de son traitement par Pneumorel », précise l’agence sanitaire.

« Aucun cas de décès n’a à ce jour pu être relié formellement à l’utilisation de ce produit », précise le Dr Jean-Michel Race, responsable des médicaments en cardiologie et pneumologie de l’ANSM.

Les rapporter en pharmacie

L’ANSM a décidé de suspendre les autorisations de mise sur le marché (AMM) de ces médicaments non seulement en raison d’un risque cardiaque mais aussi parce qu’ils ne sont « pas indispensables ».

Par mesure de précaution, il est demandé aux patients qui détiendraient des boîtes (comprimés ou sirop) de ne plus les utiliser et de les rapporter en pharmacie.

LIRE AUSSI > Médicaments : faites du tri dans votre armoire à pharmacie

Pour tout renseignement complémentaire, notamment pour en savoir (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Violences sexuelles à l’hôpital : des victimes osent briser la loi du silence
Harcèlement à l’hôpital : «Des plaintes vont être déposées»
Drapeaux français et européen dans les classes, est-ce une bonne idée ?
Paris : coincé dans un carrefour ? Il vous en coûtera 90 € !
Et revoilà la taxe carbone