L’année s’ouvre sur un drame en Côte-d’Ivoire

Bousculade . Au moins 61 personnes sont mortes à Abidjan en marge des festivités du nouvel an.

Triste départ pour l’année 2013 en Côte-d’Ivoire : au moins 61 personnes ont été tuées dans une bousculade devant le stade d’Abidjan où étaient tirés les feux d’artifice marquant le passage au nouvel an. Une cinquantaine d’autres, qui s’étaient rassemblées pour assister aux festivités prévues dans le quartier administratif du Plateau, dans le centre-ville, ont également été blessées, selon les pompiers. Parmi elles se trouvent beaucoup d’enfants.

L’origine du drame reste indéterminée. L’accident s’est produit près de l’entrée principale du grand stade de la ville, où les forces de l’ordre avaient installé des troncs d’arbres sur la chaussée pour canaliser les mouvements de foule. Selon le responsable des pompiers ivoiriens, le «flux de personnes» venues contempler les feux d’artifice a provoqué «une très grande bousculade». «Des gens ont été piétinés et étouffés par la foule», a-t-il raconté. «Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais je me suis retrouvée couchée par terre avec des personnes qui me piétinaient, me tiraient les cheveux ou me déchiraient les vêtements», a confié une jeune femme à l’AFP.

Sur place, à l’entrée du stade Felix-Houphouët-Boigny, des chaussures et des vêtements abandonnés, ainsi que des taches de sang, étaient encore visibles. Un témoin, couché sur son lit d’hôpital, a expliqué à l’agence Reuters que l’action maladroite des forces de l’ordre avait entraîné un mouvement de panique. Le président Alassane Ouattara, qui a rendu visite aux blessés, a promis de faire la lumière sur les raisons de l’accident.

Il s’agit de la pire bousculade depuis celle qui a tué 18 personnes, en 2010, lors d’un match de football à Abidjan. C’est la deuxième fois que les festivités du nouvel an sont accompagnées de feux d’artifice, une façon pour le pays de montrer que la guerre civile de 2011, qui a fait 3 000 morts, appartient au passé.

Dans son discours radiotélévisé de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Les États-Unis évitent le «mur budgétaire»
En Israël, le Président accusé de prôner la paix
Français dans les oubliettes du Cameroun
Hollande face à sa première épreuve sur le continent africain
Début d'année sanglant en Syrie
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.