Avec l’animation «Soul», Pixar propose le voyage entre la vie et la mort, en streaming

·2 min de lecture

Alors que la sortie de la plupart des films, hollywoodiens ou non, est retardée pour cause de pandémie de Covid-19 et de fermeture des salles de cinéma, Disney poursuit sa tradition de proposer un dessin animé autour des fêtes de fin d’année, mais en ligne. « Soul », du studio Pixar et de Pete Docter, réalisateur de « Vice-Versa » et de « Là-Haut », est diffusé sur la plateforme Disney+ depuis le 25 décembre, avec des messages spirituels.

Le dessin animé de fin d’année est presque une institution chez Disney. Et quand c’est sa filiale Pixar qui est aux manettes, c’est presque toujours l’annonce que les spectateurs vont se régaler.

Soul n’échappe pas à la règle. Pour la version française, Omar Sy y prête sa voix à Joe Gardner, un professeur de musique, passionné de jazz, qui a enfin l’opportunité de réaliser son rêve : jouer dans le meilleur club de New York. Mais une chute malencontreuse le précipite dans le « grand avant » – une sorte d’au-delà où les nouvelles âmes acquièrent leur personnalité avant d’être envoyées sur Terre.

Bien décidé à retrouver sa vie, Joe qui lui est mort et bien mort va devoir devenir le mentor de 22, une âme espiègle qui n’a jamais compris l’intérêt de vivre une existence humaine. Comme c’est Camille Cottin qui prête sa voix à la pétulante 22, le duo fait mouche et on suit avec plaisir leurs tribulations.

En passant, Soul nous délivre quelques vérités premières, matinées de spiritualité orientale : « La vie a tellement à offrir », ou encore « ne ratez pas les joies simples de l’existence ». Si le message certes est un peu simpliste, les personnages sont si bouleversants, et l’au-delà imaginé par le réalisateur et ses scénaristes si beau et riche en inventions visuelles, qu’au final Soul ne peut que séduire, les petits comme les grands.

►À lire aussi : La crise du cinéma: L’industrie cinématographique face au reconfinement