L’ancien premier adjoint au maire de Saint-Étienne victime de chantage depuis huit ans

© THOMAS SAMSON / AFP

Selon une enquête de Mediapart, publiée ce vendredi, Gilles Artigues, ancien premier adjoint à la mairie de Saint-Étienne, aurait été victime d’un chantage politique. En effet, il a été filmé à son insu, lors d’une soirée dans une chambre d’hôtel, avec un escort boy. L’entourage du maire Les Républicains (LR) de la ville, Gaël Perdriau, est accusé d’avoir monté le coup.

Le site révèle que l’actuel adjoint chargé de l’éducation et de la jeunesse à la mairie de Saint-Étienne, Samy Kéfi-Jérôme, et son compagnon de l’époque, ont placé la caméra dans une chambre d’hôtel parisienne. Elle aurait permis d’assujettir Gilles Artigues, ainsi que de le faire chanter en cas de dissidence politique. Sollicité par le pure player, Samy Kéfi-Jérôme a d’abord nié l’existence de la vidéo, avant de reconnaître son existence. Il a néanmoins refusé de répondre à leurs questions, au nom de la protection de sa vie privée.

La maire fait part de sa « stupéfaction »

L’ancien compagnon de Samy Kéfi-Jérôme, Gilles Rossary-Lenglet, révèle qu’il a « tout géré depuis Saint-Étienne », et que « Samy a payé sur place l’escort ». Il affirme que le maire de Saint-Étienne, ainsi que son directeur de cabinet, « ont mandaté Samy pour montrer la courte vidéo »Et d’ajouter que le couple aurait touché des sommes d’argent, par le biais de subventions municipales. Le maire LR de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, a, quant à lui, fait part de sa « stupéfaction » à l’évocation des conclusions de l’enquête : « Je ne suis pa...


Lire la suite sur LeJDD