L’ambassadeur de Chine en France convoqué mardi matin au Quai d’Orsay

Source AFP
·1 min de lecture
L'ambassade s'est déchaînée ces derniers jours contre le chercheur Antoine Bondaz (illustration).
L'ambassade s'est déchaînée ces derniers jours contre le chercheur Antoine Bondaz (illustration).

La France hausse le ton. L'ambassadeur de Chine à Paris a été convoqué, mardi 23 mars au matin, au ministère français des Affaires étrangères, qui lui a signifié une série de « griefs » après des propos à l'encontre d'un chercheur et de parlementaires français. « À la demande du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, nous avons convoqué ce matin l'ambassadeur, M. Lu Shaye, pour lui signifier l'ensemble des griefs que nous avions à son encontre », a-t-on indiqué au Quai d'Orsay.

La France attendait que soit honorée « le plus rapidement possible » la convocation de l'ambassadeur de Chine, avait déclaré, mardi, le secrétaire d'État aux Affaires européennes, en pleine crise diplomatique entre Pékin et l'Union européenne. Le ministère français des Affaires étrangères avait dénoncé lundi les « propos inacceptables » de l'ambassade de Chine envers un chercheur et des parlementaires français, précisant que l'ambassadeur serait convoqué. Mardi, à l'antenne de la radio publique France Info, Clément Beaune a confirmé que l'ambassadeur avait bien été convoqué mais qu'il avait décliné en évoquant un problème d'agenda.

« Le problème d'agenda, je n'y crois pas trop et ça ne marche pas dans ce sens-là », a estimé le secrétaire d'État. « Ni la France ni l'Europe ne sont des paillassons. Quand on est convoqué, quand on est ambassadeur, on se rend à une convocation au ministère des Affaires étrangères. » « Nous attendons le plus rapidement possible que cette conv [...] Lire la suite