« L’amateurisme » d'Emmanuel Macron : le gros tacle d’un proche de Nicolas Sarkozy

·1 min de lecture

Brice Hortefeux était l’invité de LCI, ce mercredi 17 mars. L’ancien ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration ne s’est pas privé pour dire ce qu’il pense de la gestion de la crise sanitaire, par les différents membres de l’État. Selon lui, "la politique menée par ce gouvernement aboutit à ce que nous soyons systématiquement en retard". Sans langue de bois, le député européen de 62 ans est même allé jusqu’à critiquer ouvertement Emmanuel Macron.

L’homme politique est ainsi revenu sur le début du mandat du président de la République et sur la manière dont il s’est occupé de la pandémie en France. "Ce qui était la fraîcheur en 2017 est de plus en plus perçu comme de l’amateurisme", a-t-il affirmé. Face au journaliste Jean-Michel Aphatie, Brice Hortefeux a évoqué l’ancienne campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. "Ce n’était pas le candidat que j’avais soutenu au premier tour, mais il y avait un sentiment de fraîcheur, de nouveauté", a-t-il poursuivi, en regrettant que, plus de trois ans plus tard, le chef de l’État semble quelque peu dépassé par la situation. "À l’arrivée, on voit que l’on tâtonne et que l’on fait moins bien que nos principaux partenaires. En pourcentage, on a moins de vaccinés qu’en Allemagne, qu’en Italie", a déploré l’ex-deuxième vice-président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes. Brice Hortefeux a également souligné qu’il y a eu des retards au niveau de l’accessibilité des masques censés limiter la (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Mort de Patrick Dupond : sa compagne déplore le silence du gouvernement
Serge Gainsbourg bisexuel ? Les troublantes révélations de Jane Birkin
Prince Philip, le nettoyeur : les 5 fois où il a remis la famille royale au pas
VIDEO - Caroline Barclay a "eu un petit flirt avec Gérard Depardieu" : ses surprenantes révélations
"Approcher Sarkozy, c'est se balader à hauteur de Tchernobyl" : Jérôme Lavrilleux marqué par l'ancien président