L’Allemagne va lever une dette record en 2021

·1 min de lecture

Encore relativement peu endettée, en comparaison avec ses voisins, l'Allemagne ne regarde pas à la dépense pour contrer le choc de la crise du Covid-19 et soutenir son économie. Confrontée à une troisième vague de Covid-19 (le nombre d'infections suit une trajectoire exponentielle !), Berlin va emprunter en 2021 un montant record. Le montant prévu pour les nouveaux emprunts est porté à 240,2 milliards d'euros, soit un tiers de plus que le montant initialement adopté par le Parlement en décembre dernier, d'après le budget rectificatif approuvé par le conseil des ministres.

"Nous mettons les moyens nécessaires pour faire face aux conséquences économiques et financières de la pandémie", a justifié le ministre des Finances Olaf Scholz mercredi. Après une décennie à cumuler les excédents budgétaires, l'Allemagne a contracté 370 milliards d'euros de nouvelles dettes entre 2020 et 2021, à cause de la pandémie. Et les dépenses devraient se poursuivre en 2022 : Berlin veut emprunter 81,5 milliards d'euros en plus l'an prochain.

>> A lire aussi - L'Allemagne s'oppose aux coronabonds face à la crise

Le pays dérogera ainsi pour la troisième année consécutive à ses règles constitutionnelles de rigueur budgétaire, qui lui interdisent d'emprunter plus de 0,35% de son PIB chaque année. L'exécutif allemand compte toutefois revenir au respect de ce "frein à l'endettement" à partir de 2023, avec 8,3 milliards d'euros d'emprunts prévus. Face à l'aggravation de la situation sanitaire, Berlin a prolongé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre approvisionnement en électricité sera tendu les 3 prochains hivers, avertit RTE
Très bonne nouvelle si vous payez la taxe foncière, une possible hausse de la CSG pour financer la perte d’autonomie… Le flash éco du jour
Après avoir glissé sur des pavés, il réclame une fortune à l’agglomération
Une mère de 45 ans attaque le département qui lui a coupé le RSA
Anticor : "Il faut confier l’agrément des associations anti-corruption à une autorité indépendante", selon l’Observatoire de l’éthique publique