L’Allemagne démarre une année électorale clé avec des scrutins locaux aux enjeux nationaux

·2 min de lecture

Deux scrutins régionaux en Allemagne marquent ce dimanche 14 mars le début d'un long marathon électoral qui va durer jusqu'au 26 septembre, lorsqu'un nouveau Parlement sera élu à Berlin et qu'Angela Merkel quittera le pouvoir après 16 ans. Ces élections dans le Bade-Wurtemberg et le Rhénanie-Palatinat pourraient être difficiles pour le parti chrétien-démocrate de la chancelière.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Angela Merkel quitte le pouvoir à l’automne 2021, mais les chrétiens-démocrates (CDU) n’ont pas encore désigné leur candidat pour la course à la chancellerie.

Les sondages sont en baisse pour la CDU, les frustrations des électeurs face à la politique sanitaire du gouvernement augmentent et les récents scandales autour de députés chrétiens-démocrates qui ont encaissé des commissions lors de la vente de masques anti-Covid-19 n’arrangent pas les choses.

Dans le Bade-Wurtemberg, la CDU, partenaire minoritaire d’une coalition dirigée par un Vert des plus populaires, devrait subir une défaite historique. Dans le Rhénanie-Palatinat, les chrétiens-démocrates, dans l’opposition, ont peu d’espoir de gagner la région gérée par les sociaux-démocrates associés aux Verts et aux libéraux.

Mais à l’arrivée ce dimanche soir, deux alliances sans la CDU pourraient être soit confirmées soit possibles : il s’agirait pour les chrétiens-démocrates d’un coup de semonce supplémentaire.

Une coalition Verts-chrétiens-démocrates ?

La coalition entre Verts et chrétiens-démocrates dans le Bade-Wurtemberg a fonctionné, comme en Hesse. On évoque beaucoup une telle alliance au niveau fédéral pour gouverner l’Allemagne à l’automne. Cela alors que les écologistes ont le vent en poupe dans les sondages.

Dans le Bade-Wurtemberg, un cas unique, son dirigeant depuis 10 ans, Winfried Kretschmann, jouit d'une popularité très élevée qui devrait permettre à son parti d'engranger un nouveau record ce dimanche 14 mars. Le succès de cet écologiste est hors norme, selon le politologue Frank Baasner, qui analyse l’option possible d'une coalition avec les chrétiens-démocrates à l'automne, au niveau fédéral.

À lire aussi : Que restera-t-il d’Angela Merkel en 2021, après 16 ans à la tête de l’Allemagne?