L’Algérie opte pour le vaccin russe Spoutnik V dans l'espoir de vacciner au plus tôt la population

franceinfo Afrique
·1 min de lecture

Alors que le monde se livre à une course effrénée au vaccin, l’Algérie, vieille alliée de Moscou, a obtenu la promesse d’un premier lot de 500 000 doses du Spoutnik V. Aucune date de livraison n’a encore été avancée, mais Alger espère commencer la campagne de vaccination courant janvier 2021. Partie en retard, Alger aurait du mal à se fournir en vaccins, y compris en Chine.

500 000 doses du vaccin russe, c'est évidemment très insuffisant pour les 43 millions d'Algériens, mais le Directeur général du budget au ministère des Finances, Abdelaziz Fayed, a précisé que le budget pour l'acquisition du vaccin pourrait être multiplié par 12 pour atteindre 122 millions d'euros.

Dès décembre 2020, sous l'injonction du président Tebboune (alors hospitalisé à Berlin), "l'Institut Pasteur d'Algérie a initié une série de discussions avec la société russe qui produit le vaccin Spoutnik V, alors que des pourparlers se poursuivent avec d'autres parties étrangères", annonçait le 30 décembre 2020 le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Ammar Belhimer. Ce qui laisse la porte ouverte à l'acquisition d'autres vaccins, notamment chinois, choisis par ses voisins marocain et égyptien.

En attendant une production locale

Selon les médias algériens, le vaccin russe (classique dans sa conception et sa (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi